Dimanche 21 juillet 2019 | Dernière mise à jour 15:21

Suisse 125'000 paraphes déposés contre la loi sur les armes

La nouvelle loi sur les armes sera très certainement soumise au peuple. Les milieux du tir ont déposé jeudi 125'000 signatures à la Chancellerie en faveur d'un référendum.

Luca Filippini, président de la Communauté d'intérêts du tir suisse (CIT), ce 17 janvier 2019.

Luca Filippini, président de la Communauté d'intérêts du tir suisse (CIT), ce 17 janvier 2019. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La loi sur les armes vise à durcir les conditions de détention de certaines armes, notamment des semi-automatiques. Elle découle des nouvelles mesures anti-terroristes de l'UE. Comme il s'agit d'un développement de l'acquis de Schengen, la Suisse s'est engagée à reprendre le droit européen d'ici mai 2019, sous peine de voir l'accord dénoncé.

Malgré l'obtention de certaines dérogations par Berne, les milieux du tir et l'UDC estiment que le texte va encore trop loin. Dénonçant un «diktat» de l'UE, ils s'insurgent contre une loi liberticide, inique, inutile, dangereuse et antisuisse.

Loi inutile

«La nouvelle législation ne servirait à rien en termes de sécurité. Actuellement, le terrorisme est déjà suffisamment bien combattu», a affirmé Luca Filippini, président de la Communauté d'intérêts du tir suisse (CIT) qui défend les intérêts de 14 associations, lors de la remise des signatures devant le Palais fédéral. De plus, aucun attentat n'a été commis avec une arme légale en Suisse.

Pour Luca Filippini, le texte entrave aussi les droits et libertés des citoyens qui n'ont rien fait de mal. «Les citoyens suisses sont attachés aux armes, comme le prouve la présence de la compagnie historique de grenadiers de Zurich», a-t-il précisé. Cinq personnes, vêtues d'uniforme datant de 1861, étaient effectivement présentes.

Interrogé sur le risque d'affaiblir les relations avec l'UE en cas d'acceptation du référendum par le peuple, le président de la CIT a botté en touche. «Les accords de Schengen sont intéressants. Il faudra trouver une solution.»

Mercredi, le Conseil fédéral avait déjà inscrit le référendum sur les armes au menu des votations fédérales du printemps. Il sera présenté au peuple le 19 mai, en même temps que celui sur le projet fiscal. (ats/nxp)

Créé: 17.01.2019, 12h08

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.