Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 19:12

Coronavirus Près de 15% des actifs suisses sont au chômage partiel

Plus de 750'000 personnes ont actuellement un taux d'occupation réduit dans le pays, notamment à cause de la crise du Covid-19.

Le taux de chômage partiel atteint plus de 20% dans certains cantons, selon la directrice du SECO Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

Le taux de chômage partiel atteint plus de 20% dans certains cantons, selon la directrice du SECO Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Actuellement, plus de 750'000 personnes en Suisse sont au chômage partiel, soit 15% de la population active, a annoncé samedi devant la presse la directrice du Secrétariat d'État à l'économie (SECO) Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Au Tessin, 39% de la population active est concernée par les heures de travail réduites.

Dans certains cantons, le taux est de 20% ou plus. «C'est énorme. Jamais on a vu ça en Suisse», a-t-elle commenté. Les secteurs de la gastronomie et de l'hôtellerie, la culture, les transports et le commerce sont les plus concernés.

En deux semaines, 13'500 personnes supplémentaires se sont retrouvées au chômage. Le taux a augmenté de 0,3 point de pourcentage.

Concernant les crédits d'urgence, 15'900 accords ont été conclus jusqu'à vendredi soir, soit un «véritable assaut». Le Conseil fédéral a mis à disposition 14 milliards de francs pour les personnes au chômage ou au chômage partiel. Ce fonds ne connaît pas de problèmes de liquidités.

Matériel de secours

Sur le front des blocages de matériel de secours par d'autres pays, la situation s'est détendue, a assuré la directrice du Seco. Il n'y a ainsi plus de problèmes avec l'Allemagne et le matériel sera livré sous peu.

Avec la France et l'Italie, des solutions partielles ont été trouvées. Les masques bloqués par la France ont été en partie libérés. «Nous avons des contacts au plus haut niveau afin qu'il n'y ait plus de blocages», a souligné Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

D'autres problèmes ont toutefois surgi, comme des formalités de douane et surtout des difficultés de transport et de production, dans le monde entier. Les entreprises doivent s'organiser autrement, par exemple en recourant davantage aux avions de frêt. (ats/nxp)

Créé: 28.03.2020, 16h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.