Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:00

Suisse Accord-cadre: un non toucherait la recherche

Les chercheurs helvétiques craignent qu'un rejet de l'accord-cadre institutionnel avec l'UE ait des conséquences négatives pour la recherche suisse.

Une vue de l'EPFL. Cette haute école s'inquiète d'un refus de l'accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne.

Une vue de l'EPFL. Cette haute école s'inquiète d'un refus de l'accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les chercheurs helvétiques s'inquiètent de la place de la Suisse dans le nouvel accord de recherche «Horizon Europe» 2021-2027. Joël Mesot, président de l'ETH Zurich (ETHZ), a cependant déclaré mardi que le programme de recherche de l'UE ne faisait pas partie de l'accord-cadre. Il s'est exprimé devant les journalistes en marge d'une réunion à Bruxelles.

Martin Vetterli, président de l'EPFL et Gian-Luca Bona, directeur de l'Empa, ont toutefois dit craindre qu'un non à l'accord-cadre n'entraîne des restrictions sur l'accord de recherche «Horizon Europe». En effet, la Commission européenne a introduit une nouvelle catégorisation des pays tiers dans son projet «Horizon Europe».

Craintes des EPF

La Suisse ne figure plus dans la catégorie un avec la Norvège, le Liechtenstein et l'Islande, mais a passé dans la catégorie quatre. Selon Bruxelles, cela ne change rien pour la Suisse qui a toujours la possibilité de conclure un accord d'association, exactement comme c'est le cas aujourd'hui pour «Horizon 2020».

Les chercheurs suisses craignent cependant que la nouvelle catégorisation ne donne à l'UE la possibilité de restreindre la participation d'un pays à la catégorie quatre ou d'y ajouter des conditions supplémentaires. C'est précisément ce que redoutent les deux présidents des EPF et le directeur de l'Empa en cas de non à l'accord-cadre.

Car des considérations politiques peuvent entrer en jeu, comme l'a rappelé le président de l'EPFL qui a fait référence à la suspension de «Horizon 2020» après le vote en faveur de l'initiative sur l'immigration de masse en février 2014. (ats/nxp)

Créé: 05.02.2019, 19h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.