Mercredi 16 janvier 2019 | Dernière mise à jour 14:38

Animaux Allez «Joy», on va travailler!

Une société lausannoise invite ses collaborateurs à prendre leur chien au boulot. Histoire de détendre l’atmosphère.

Des bienfaits qui sont prouvés

Franchement, amener son chien au boulot, ce n’est pas un peu… n’importe quoi? Eh bien non, selon plusieurs études américaines, dont une, toute récente, menée par des chercheurs de la Virginia Commonwealth University. Ils ont en effet pu démontrer que la présence d’un, ou de plusieurs animaux sur le lieu de travail permet de faire décliner, très significativement, le niveau de stress dans un bureau au fil de la journée.

Et les bénéfices ne sont pas uniquement perçus auprès du propriétaire de l’animal, mais de l’ensemble des employés. Mieux encore (pour l’employeur): la présence du chien favorise l’interaction entre les collaborateurs et augmente leur productivité et leur créativité!

D’ailleurs, aux Etats-Unis, une entreprise sur quatre autorise les chiens au boulot. En Suisse, on n’en est pas encore là, même si, tout comme Purina, quelques autres entreprises (plutôt petites en général) sont ouvertes à la présence de chiens.

«A ma connaissance, personne dans notre pays ne s’est encore penché sur cette intéressante question. Mais je pense que cela viendra, car la vie privée et la vie professionnelle sont de plus en plus imbriquées. Et il ne fait plus l’ombre d’un doute que la présence d’un animal créé une émulation positive», souligne Véronique Kämpfen, directrice de la communication pour la Fédération des entreprises romandes.

Conviction partagée par Bernard Meunier, CEO de Purina. «D’ici à quelques années, cela ira de soi de pouvoir aller travailler avec son chien, car tout le monde n’en retire que du positif.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Joy» a des journées bien remplies. Fringante petite teckel, tout juste âgée d’un an et demi, elle se lève tous les matins – ou presque – pour aller au boulot. Huit heures (au minimum) à passer d’une séance à l’autre, suivre le va-et-vient dans les couloirs, croiser d’autres «collègues à quatre pattes», jouer avec eux, dormir… Une vraie vie de chien, quoi!

L’entreprise lausannoise qui invite ainsi ses collaborateurs à emmener leurs toutous au boulot – une des premières en Suisse – n’est pas anodine, puisqu’il s’agit de Purina, la filiale de Nestlé spécialisée dans la fabrication d’aliments pour animaux. «Nous pratiquons le dog friendly, qui nous vient des États-Unis», explique Bernard Meunier, CEO du siège européen de la société, dont la compagne à quatre pattes n’est autre que la fameuse «Joy».

«Pouvoir prendre son chien au travail permet de rendre les choses plus simples et plus agréables, tant pour l’animal que pour son propriétaire», poursuit le big boss. D’ailleurs, les bureaux de la société ont été spécifiquement aménagés pour accueillir une bande de canidés: moquette lavable, résistante et douce pour les papattes.

Fenêtres basses dans toutes les pièces fermées pour que les chiens puissent voir ce qui se passe dans les couloirs lorsque la porte est fermée. Sans oublier la dog room, avec ses coussins, ses joujoux, et ses gamelles remplies d’eau, et ses friandises. Certains jours, plus d’une vingtaine de toutous se côtoient ainsi dans les locaux de la société. Sans heurts. Mais en créant parfois une certaine animation. Car, quand un chien rencontre un autre chien, cela peut finir en bonne partie de jeux. Et ce n’est pas «Joy» qui dira le contraire.

Pas très bon pour la concentration des 170 collaborateurs de la société ça, non? «Au contraire, cela crée de petits breaks qu’ils apprécient et cela favorise les contacts», assure Cristina Macina, responsable de la communication interne chez Purina. D’autant qu’on est ici entre bêtes civilisés. «En Suisse, les propriétaires ont l’obligation de suivre un certain nombre de cours. Par conséquent, les chiens sont sociables et bien éduqués.»

Et si quand même, il y avait couac? «Légalement, tout propriétaire de chien doit contracter une assurance RC qui couvrirait d’éventuels accidents», rassure encore Cristina Macina.

Bref! «Joy» et ses autres copains à quatre pattes ont encore de longues journées de boulot devant eux. Avec, évidemment, plusieurs sorties par jour, histoire de se soulager et se dégourdir les pattes. Ce qui est également bénéfique pour la santé des propriétaires de chien et de leurs collègues qui s’annoncent partants – si, si, c’est souvent le cas – pour ces petites balades.

(Le Matin)

Créé: 01.04.2015, 14h54

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.