Vendredi 17 août 2018 | Dernière mise à jour 15:01

Sport Cheerleaders romands aux JO

À leur propre surprise, les Lausanne Angels ont été sélectionnés pour représenter la Suisse en Corée. Une joie, mais il y a un défi de taille: le froid.

Vidéo: Laura Juliano

«J’ai commencé le cheerleading il y a trois ans, donc c’est une chance incroyable de pouvoir découvrir les Jeux olympiques de l’intérieur. Quand on nous l’a annoncé,
on était vraiment émus. Maintenant, il faut profiter à fond de l’expérience. C’est aussi une avancée phénoménale pour notre sport», Manon, 20 ans, étudiante (Image: Darrin Vanselow)

«Jusqu’à maintenant, je voyais les Jeux comme une belle opportunité de rencontrer des sportifs exceptionnels. Les autres équipes sélectionnées avec nous sont les meilleures du monde. Désormais, il commence à y avoir une certaine pression de représenter la Suisse. On va devoir donner notre maximum», Jérôme, 24 ans, ingénieur (Image: Darrin Vanselow)

«Malheureusement, je ne serai pas aux JO. Avec mes études, cela faisait trop parce que nous allons déjà aux championnats du monde, en avril. Forcément, j’ai un petit pincement au cœur, mais je suis hyperexcitée pour eux. Et, en tant que cocapitaine, mon rôle est de les encourager et de leur rappeler de sourire», Léa, 27 ans, étudiante (Image: Darrin Vanselow)

Non, ce ne sont pas des pom-pom girls!

Présidente des Lausanne Angels, Florence Léchot pointe la différence principale entre les deux disciplines: «Les pom-pom girls font de l’encouragement au bord du terrain; le cheerleading est un sport de compétition, avec un jury qui attribue des notes techniques et d’exécution.»

Vidéos

Retrouvez tous nos reportages vidéo sur notre chaîne Youtube.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des sous-vêtements thermiques, des protège-cou, des gants et des bandeaux pour les oreilles. Un attirail bien loin de l’équipement habituel des cheerleaders. Sauf quand ceux-ci vont aux Jeux olympiques d’hiver. Car voilà, c’est le rêve fou que vivent actuellement 25 Romands du club des Lausanne Angels (20 femmes et 5 hommes), invités à participer aux Jeux de PyeongChang qui débutent ce vendredi en Corée du Sud. «Nous ferons des animations avant les remises de médailles, pendant les matches de hockey et avant la cérémonie de clôture», détaille Florence Léchot, présidente du club et coach de l’équipe. Conviés, tous frais payés, en compagnie de sept autres nations, les Vaudois participeront également à une compétition amicale à l’issue des Jeux. «C’est une expérience humaine incroyable pour nous, mais aussi l’opportunité de faire connaître notre sport, qui est reconnu par le CIO depuis un an», poursuit la responsable.

En attendant les –20 degrés annoncés dans cette région d’Asie, c’est encore en short que l’équipe peaufine les derniers détails de son programme dans une salle de gym de Renens (VD). Après un échauffement presque militaire, les voilà qui se lancent dans la réalisation de différentes pyramides humaines. Sous les encouragements nourris des différents entraîneurs et capitaines, les cheerleaders collaborent pour maintenir certains d’entre eux dans les airs. Un équilibre précaire qui peut se rompre au moindre faux mouvement. «C’est un sport nécessitant une grande confiance en soi ainsi qu’en ses coéquipiers. Cela pousse à dépasser ses limites», observe Florence Léchot. Le tout sans oublier d’appliquer l’ordre qui ne cesse de fuser durant toute la séance: «Smile (ndlr: souriez)

«Côtoyer nos idoles»

Malgré toute l’application des Lausanne Angels, la coach reconnaît sans peine l’écart de niveau avec les autres cheerleaders invités aux joutes olympiques. «Ce sont des équipes incroyables et professionnelles. Nous allons côtoyer nos idoles, l’intensité physique risque d’être élevée pour nous», pointe-t-elle. Mais cela ne fait que rajouter à son plaisir de se rendre en Corée. «On va fièrement représenter la Suisse avec notre niveau, nos deux entraînements par semaine et le fait que beaucoup chez nous ont débuté à 20 ans. Le plus important, c’est de partager notre passion et de donner une bonne image de notre sport.»

D’ailleurs, Florence Léchot raconte avoir été très surprise de l’opportunité qui leur était offerte. «Au début, j’ai cru à une caméra cachée. On n’en revenait pas», explique-t-elle, soulignant que les huit équipes ont été sélectionnées grâce aux excellents résultats de leurs pays respectifs en sports d’hiver. «On se réjouit déjà d’aller encourager les athlètes suisses pour les remercier», sourit-elle. Et l’année ne fait que débuter puisque quelques semaines plus tard, en avril, les Lausanne Angels participeront également aux championnats du monde, en Floride. (Le Matin)

Créé: 07.02.2018, 09h15

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.