Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:03

Ras-le-bol Cocasse tentative des gilets jaunes en gare de Lausanne

Une page Facebook réunissant une centaine de membres appelait à manifester hier dans les gares. A Lausanne, ils étaient trois contre cinq!

Après un premier samedi peu suivi, les partisans des Gilets Jaunes Suisses relancent l'invitation pour le samedi 5 janvier à Berne et dans les gares de Suisse.

Après un premier samedi peu suivi, les partisans des Gilets Jaunes Suisses relancent l'invitation pour le samedi 5 janvier à Berne et dans les gares de Suisse. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le mouvement des gilets jaunes partis de France a déjà fait des émules dans une vingtaine de pays avec plus ou moins d'impact. En Suisse, tout semble calme, mais depuis quelques temps, on trouve une page sur Facebook intitulée «Gilets Jaunes de Suisse. Nous sommes le Peuple», suivie par une centaine de membres avec le slogan: «L'heure des comptes a sonné».

Intervention policière

Le politicien indépendant vaudois François de Siebenthal intervient régulièrement sur cette page. En juin dernier, il a été un des défenseurs de l'initiative «Monnaie pleine» refusé par le peuple. Cette page Facebook avait lancé un appel à manifester samedi 29 décembre devant le Palais fédéral et dans les gares. Le succès a été très mitigé comme le raconte François de Siebenthal lui-même: «Il y a eu un rassemblement de gilets jaunes ce samedi 29 décembre dès 13h30, en Suisse à Lausanne dans le hall de la Gare CFF. En quelques minutes, plusieurs policiers sont intervenus, et nous ont priés de partir, après avoir pris nos identités.»

Il y a gilet jaune et gilet jaune

Une autre personnalité vaudoise un peu «atypique», Michèle Herzog, a participé à cet embryon de manifestation. Le récit qu'elle en fait sur son blog est finalement assez drôle: «Dans le hall central de la gare de Lausanne, vers 13h30, nous étions trois gilets jaunes! Très rapidement un employé CFF, portant lui aussi un gilet jaune, mais pour son travail, nous a abordé pour savoir ce que nous faisions. Mme X. lui a montré le texte qu'elle avait fixé sur son gilet, dans son dos. L'homme est parti, mais il est resté dans le hall. Quelques minutes plus tard, deux agents de sécurité des CFF, portant des gilets jaunes sont arrivés pour nous demander de quitter le hall de la gare. Pendant ce temps l'autre est allé avertir la police des CFF.»

Un badge très suspect

Ce qui fut rapidement fait et Mme Herzog raconte que «Deux policiers CFF, portant aussi des gilets jaunes ... sont alors intervenus pour nous faire quitter le hall en prétendant que nous faisions une manifestation! Ce qui n'était pas le cas, car nous étions trois!...» Puis ils ont quitté la gare, mais auparavant la police a pris leurs identités: «Sous prétexte que l'un avait un badge «Oui pour la Monnaie pleine» sur son chapeau de père Noël. Et l'autre un tract dans le dos....»

Un gilet averti en vaut deux

Finalement, les trois gilets jaunes en ont attiré cinq autres, tous employés des CFF. Cela dit, une nouvelle manifestation est annoncé sur la page Facebook pour samedi prochain le 5 janvier, toujours sur la Place fédérale et dans les gares. Dorénavant les gilets jaunes doivent savoir que dans les gares ils ne sont pas les bienvenus, car on risque de les confondre avec le personnel de sécurité et de faire gonfler artificiellement le nombre de manifestants.

Créé: 30.12.2018, 14h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.