Dimanche 5 juillet 2020 | Dernière mise à jour 23:56

Étude Confinement: les citadins se sont rués en forêt

Les mesures contre la pandémie ont drastiquement modifié les habitudes de promenades en forêt de la population suisse.

Les sorties en forêt pendant le confinement étaient en moyenne plus courtes et plus proches du domicile que d’habitude.

Les sorties en forêt pendant le confinement étaient en moyenne plus courtes et plus proches du domicile que d’habitude. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le semi-confinement imposé à partir de la mi-mars a radicalement modifié les habitudes de promenades en forêt de la population suisse. Les citadins ont été beaucoup plus nombreux que d'ordinaire, une manière de se ressourcer en temps de crise, selon l'institut WSL.

Début avril, au plus fort du «lockdown», de nombreuses personnes se sont rendues plus souvent en forêt qu'avant la crise. Mais bien plus nombreux furent ceux qui y sont moins allés, voire plus du tout, selon une comparaison de deux enquêtes de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) effectuées avant et pendant la crise.

Auprès de 8000 personnes

Dans le cadre du projet «Monitoring socioculturel des forêts» (WaMoS), une enquête nationale détaillée pour le compte de l'Office fédéral de l'environnement est effectuée tous les dix ans auprès de la population sur sa relation avec la forêt. La troisième campagne est en cours.

Le WSL a développé la méthode de cette recherche menée en ligne auprès de 8000 personnes et la dépouille actuellement. Cette enquête n'avait encore rien à voir avec le coronavirus et s’est terminée le 9 mars, avant le confinement, a indiqué mercredi l'institut dans un communiqué.

Moins de visites occasionnelles

L'équipe de Marcel Hunziker au WSL a saisi l'occasion unique de répéter la démarche pendant le confinement. Début avril, un bon millier de participants de la première enquête ont à nouveau été interrogés, cette fois uniquement sur la détente en forêt.

En raison des conditions printanières début avril, les chercheurs ont choisi de comparer les déclarations des personnes interrogées avec le nombre de visites habituelles indiquées pendant la saison chaude.

Deux directions opposées

Les réponses montrent que cette fréquence a changé dans deux directions opposées: un grand nombre de personnes sont allées dans la forêt beaucoup moins souvent que d’habitude en été, mais beaucoup s'y sont rendues bien plus fréquemment.

En revanche, le nombre de visiteurs «occasionnels» de la forêt a diminué. En outre, il est apparu également que les sorties en forêt pendant le confinement étaient en moyenne plus courtes et plus proches du domicile que d’habitude.

Davantage de citadins

De nettes différences sont apparues entre les régions linguistiques et entre la ville et la campagne: en Suisse alémanique, nettement plus de personnes se sont rendues en forêt pendant le confinement que dans les autres régions linguistiques.

En Suisse italienne, en revanche, le groupe qui ne va que très rarement en forêt a fortement grossi. Les chercheurs attribuent cela au fait que le sud de la Suisse a été plus affecté par la pandémie. La Suisse romande se situe à chaque fois en position intermédiaire.

Pendant le confinement, les citadins ont été beaucoup plus nombreux à se rendre en forêt chaque jour qu’au cours d’un printemps normal. Cela pourrait être dû au fait que de multiples espaces verts des centres-villes ont été fermés, ou évités par les habitants pour des raisons de distanciation sociale. En dehors des villes, en revanche, on observe une diminution du nombre des visites en forêt.

Santé mentale

Les incitations à se rendre en forêt sont passées de motifs sociaux (rencontrer des amis et de la famille, s'amuser, pique-niquer) à des raisons de forme physique et de santé mentale.

Ceux qui ont évité la forêt l'ont fait principalement pour des raisons spécifiques au coronavirus, notamment parce qu’ils appartenaient à un groupe à risque ou parce qu'ils se sont imposé une certaine prudence pour ne pas être infectés. Certains se sont sentis plus gênés que d'habitude par le nombre croissant de personnes – sources possibles d'infection – en quête de détente.

Plus de tolérance

Néanmoins, ceux qui se sont rendus en forêt pendant le confinement ont généralement été plus tolérants que d’habitude: ils se sont sentis moins dérangés, par exemple par les VTT, peut-être un signe de compréhension mutuelle et de cohésion en temps de crise, selon les chercheurs.

D'après Marcel Hunziker, ces travaux constituent une base importante pour les futures stratégies de gestion de crise, car les forêts sont un lieu essentiel de détente en Suisse, en particulier à proximité des villes.

(ATS/Le Matin)

Créé: 03.06.2020, 11h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.