Samedi 24 août 2019 | Dernière mise à jour 01:13

Projet pilote à Soleure Décoller sans contrôleurs aériens est risqué

L'essai pilote permettant à des avions de décoller et d'atterrir à l'aéroport de Granges en l'absence de personnel dans la tour de contrôle a montré que cela était risqué.

La recherche d'une solution permanente à Granges se poursuit.

La recherche d'une solution permanente à Granges se poursuit. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un projet inédit s'arrêtera, comme prévu, à la fin mars, a communiqué mardi l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC). Il concernait les vols dits «aux instruments», en soirée ou à l'aube. Or l'expérience a montré que «cette procédure pouvait donner lieu à des conflits entre le trafic IFR (règles de vol aux instruments) au départ de Granges et le trafic IFR de l'aéroport de Berne». Concrètement, l'essai permettait à des avions de décoller et d'atterrir à l'aéroport de Granges (SO) en l'absence de personnel dans la tour de contrôle.

Des conflits sont apparus lorsque des avions ont décollé de Granges selon les règles de vol aux instruments mais que le pilote a oublié de s'annoncer à Berne, a expliqué mardi au journal régional Argovie/Soleure de SRF Urs Holderegger, porte-parole de l'OFAC. Un tel cas de figure s'est produit huit fois (sur 800 départs).

La recherche d'une solution se poursuit

En outre, la pénurie de personnel chez Skyguide, la société qui surveille l'espace aérien suisse, et la concomitance d'autres projets ont perturbé le déroulement de l'essai pilote, écrit l'OFAC. Au point que l'office a dû intervenir, «à plusieurs reprises dans l'urgence, en mobilisant d'importantes ressources pour ordonner des ajustements d'envergure».

La recherche d'une solution permanente à Granges et sur d'autres aérodromes se poursuit, indique l'OFAC, qui souligne que les aérodromes régionaux peinent de plus en plus à financer l'entretien de leur propre service de navigation aérienne. «Les coûts pourraient être réduits si l'on parvenait à gérer les départs et les approches du trafic IFR sans service de la navigation aérienne.» (ats/nxp)

Créé: 12.02.2019, 13h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.