Samedi 15 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:27

Exposition à Lausanne «Des patients mourants qui nous apprennent à vivre»

Jusqu'à fin février, l'exposition «Le Temps qui reste», qui met en lumière les soins palliatifs, est à voir au Musée de la main à Lausanne.

L'exposition sur les soins palliatifs au Musée de la main UNIL-CHUV est l'occasion d'une réflexion sur la qualité et le sens de la vie.

L'exposition sur les soins palliatifs au Musée de la main UNIL-CHUV est l'occasion d'une réflexion sur la qualité et le sens de la vie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'exposition «Le Temps qui reste» présente une série de portraits de personnes au bénéfice de soins palliatifs. C'est l'occasion d'une réflexion sur la qualité et le sens de la vie.

Soins palliatifs? Personnes incurables? Le sujet fait souvent peur, effraie tant il paraît tourné vers la fin, vers la mort. Avec «Le Temps qui reste», le propos est au contraire axé sur l'importance de la vie, de chacun de ses instants.

La valeur du moment

«Le privilège de notre travail est qu'il nous donne la chance exceptionnelle de côtoyer des patients mourants qui nous apprennent à vivre», note Gian Domenico Borasio, professeur de médecine palliative au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) dans la présentation de l'événement.

Pour mettre en exergue «l'urgence du temps, la valeur du moment présent», selon les expressions d'un aumônier d'hôpital, l'exposition au Musée de la main UNIL-CHUV montre des photographies de femmes et d'hommes prises sur deux ans par Luc Chessex, photographe lausannois, célèbre notamment pour ses images de la révolution cubaine.

Mieux connaître ces soins

Une femme photographiée parle de «sa sérénité. Je me sens fatiguée, mais je ne me sens pas malade». Des proches, des bénévoles et des professionnels ont également donné leurs témoignages qui complètent l'ensemble.

Encore méconnus, les soins palliatifs s'adressent aux malades souffrant d'une affection évolutive incurable. Leur but est de soulager la souffrance et les symptômes ainsi que d'assurer le confort et la qualité de vie du malade et de ses proches. Vaud a mis sur pied un Programme cantonal de développement de ce type de soins.

«L'intérêt est pour la vie»

Deux conférences sont organisées au CHUV dans ce contexte. Jeudi 11 février, le docteur Matthieu Bernard s'interrogera sur la place de la gratitude et de la psychologie positive dans les soins palliatifs. Mardi 16, Gian Domenico Borasio s'exprimera: «Soins palliatifs: l'intérêt est pour la vie». www.museedelamain.ch (ats/nxp)

Créé: 09.02.2016, 14h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.