Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 16:38

Berne Durcissement du Service civil: le référendum s'organise

Le Conseil national a décidé de mesures dissuasives pour durcir l'accès au service civil. La résistance s'organise pour sauver l'esprit de ce service et les objecteurs de conscience.

Durant l'épidémie du coronavirus, le service civil a démontré qu'il avait sa place auprès de la population et des entreprises.

Durant l'épidémie du coronavirus, le service civil a démontré qu'il avait sa place auprès de la population et des entreprises. Image: DDPS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La collecte de signatures pour le référendum commencera le 30 juin 2020. D’ici là, nous recherchons au moins 10’000 citoyens et citoyennes, qui sont prêts à recueillir cinq signatures chacun et chacune pour le référendum.» Après la décision du Conseil national, ce mercredi, d'une série de mesures pour rendre plus difficile l'accès au service civil, la Fédération suisse du service civil (CIVIVA) organise la résistance et cherche déjà à rassembler les 50 000 signatures nécessaires. La conseillère aux Etats Lizza Mazzone (Verts/GE) annonce que son parti y participera activement.

Une démonstration durant la crise

«Le service civil est une histoire à succès, note le conseiller national Pierre-Alain Fridez (PS/NE). Le durcissement des admissions est pure chicane. Il serait préférable de créer un service militaire plus sensé.» Le comité référendaire entend profiter de la pandémie qui a touché la Suisse pour démontrer l'utillité du service: «La crise du Coronavirus vient de nous montrer concrètement à quel point les interventions des personnes effectuant leur service civil sont indispensables au sein des quelque 5’000 entreprises où elles ont été déployées.»

Réduire les admissions

Le but de ce durcissement - qui doit pallier le manque d'effectifs dans certains secteurs de l'armée - est de réduire le nombre de demandes d’admissions déposées après le début de l’école de recrues. La première mesure établit un nombre minimum de 150 jours de service à accomplir quelle que soit la situation. Par exemple, si une personne entre en conflit de conscience vers la fin de ses obligations officielles, il devrait accomplir un service alternatif de dix, vingt ou même cent fois plus long que le service alternatif prévu actuellement. Ce qui dépasse le facteur reconnu de deux fois plus de jours de service civil que militaire.

12 mois d'attente

Une deuxième mesure prévoit un délai d’attente de 12 mois pour l'admission au service civil des membres de l'armée ayant suivi une formation de base. Enfin, le service civil ne serait plus possible pour les militaires n’ayant plus de jours à accomplir, mais qui doivent encore assumer leur devoir de tirs. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer sur ces mesures d'ici la fin de la session.

Eric Felley, Berne

Créé: 04.06.2020, 10h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.