Mercredi 24 avril 2019 | Dernière mise à jour 04:55

OCDE Egalité des sexes: la Suisse championne

La Suisse décroche le meilleur score global contre la discrimination dans les institutions sociales selon un rapport de l'OCDE sur l'égalité entre hommes et femmes.

Selon l'OCDE, la perte de revenu imputable à la discrimination sexiste est estimée, pour l’ensemble du monde, à 6000 milliards de dollars.

Selon l'OCDE, la perte de revenu imputable à la discrimination sexiste est estimée, pour l’ensemble du monde, à 6000 milliards de dollars. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse est la mieux placée parmi 120 pays classés dans un rapport de l'OCDE sur l'égalité entre les femmes et les hommes. Elle excelle notamment dans l'absence de discrimination familiale.

Le niveau global de discrimination dans les institutions sociales atteint 8% en Suisse, soit le meilleur score des pays classés dans le «Rapport mondial 2019 sur l’Indice institutions sociales et égalité femmes-hommes» (ISE), publié vendredi par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Cet indice mesure, à l’échelle internationale, les discriminations à l’encontre des femmes dans les institutions sociales (lois formelles et informelles, normes et pratiques sociales), limitant leur accès à la justice, à leurs droits et à leurs possibilités d’émancipation.

La Suisse devance le Danemark et la Suède, qui enregistrent un niveau global de discrimination respectif de 10% et 11%. Parmi les pays classés dans cet indice, le Yémen obtient le plus mauvais score, avec 64%.

Peu de discrimination familiale

La Suisse excelle particulièrement dans le sous-indice «discrimination au sein de la famille». Celui-ci couvre des domaines comme le mariage des enfants, les responsabilités familiales, l'autorité parentale, le divorce ou la succession.

Avec un score de 1%, la Confédération obtient un niveau de discrimination «très bas», le meilleur au monde. Pour expliquer cette performance, l'OCDE mentionne notamment la «solidité du cadre législatif».

La catégorie «restriction de l'intégrité physique», qui évalue la vulnérabilité des femmes à diverses formes de violences et le manque de contrôle sur leurs corps, est dominée par le Canada (4%). Avec 13%, la Suisse enregistre un niveau de discrimination qualifié de «bas».

Dans le domaine des «restrictions d'accès aux ressources productives et financières», la Suisse ressort également avec un niveau de discrimination «bas» (12%). Dans cette catégorie, la Suède arrive en tête (2%).

Enfin, le sous-indice «restrictions aux libertés civiles des femmes» (citoyenneté, voix politique, liberté de mouvement, accès à la justice) voit la Suisse obtenir un niveau de discrimination «très bas», à 7%. Dans cette catégorie, c'est le Sénégal qui fait office de meilleur élève (4%).

Une discrimination coûteuse

Globalement, le rapport de l'OCDE, qui porte sur 180 pays au total, pointe du doigt la lenteur des progrès en matière d'égalité entre femmes et hommes dans le monde. Les femmes et les filles continuent de subir des discriminations, sous le coup de normes sociales profondément ancrées.

Selon le rapport, la perte de revenu imputable à la discrimination sexiste est estimée, pour l’ensemble du monde, à 6000 milliards de dollars (environ la même somme en francs), soit 7,5 % du PIB mondial. L'organisation note toutefois les réformes mises en oeuvre par de nombreux pays pour promouvoir l'égalité entre les sexes. (ats/nxp)

Créé: 08.03.2019, 15h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.