Samedi 25 mai 2019 | Dernière mise à jour 16:53

Suisse Enquête sur la femme de l'ex-patron de Raiffeisen

La justice zurichoise veut savoir si l'épouse de Pierin Vincenz, également ex-juriste en chef de Raiffeisen, est coupable de «violation du secret d'affaires».

Après l'enquête contre l'ex-patron de Raiffeisen Pierin Vincenz, sa femme se retrouve dans le collimateur de la justice.

Après l'enquête contre l'ex-patron de Raiffeisen Pierin Vincenz, sa femme se retrouve dans le collimateur de la justice. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après l'enquête contre l'ex-patron de Raiffeisen Pierin Vincenz, c'est au tour de sa femme Nadja Ceregato-Vincenz de se retrouver dans le collimateur de la justice. Le procureur zurichois a lancé une enquête indépendante contre l'ancienne juriste en chef de la banque, ont indiqué mercredi les autorités, confirmant une information du journal Handelszeitung.

La justice a ouvert une enquête pour «violation du secret d'affaires», a indiqué à AWP un porte-parole du Ministère public zurichois. Comme dans chaque affaire, l'accusée bénéficie de la présomption d'innocence.

Mme Ceregato a dirigé le département juridique de Raiffeisen Suisse et a également dirigé, après le départ de son mari en 2015, la division de Conformité. Elle avait aussi accédé à la direction générale, mais avait quitté l'année dernière le groupe bancaire. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2019, 18h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.