Jeudi 14 décembre 2017 | Dernière mise à jour 15:39

Egalité Faut-il un quota de femmes au Conseil fédéral ?

Maya Graf (Les Verts/BL) veut inscrire dans la Constitution fédérale la «représentation équitable des sexes» chez les sept sages.

Choisir un conseiller fédéral selon un délicat équilibre des sexes ne fait pas l’unanimité.

Choisir un conseiller fédéral selon un délicat équilibre des sexes ne fait pas l’unanimité. Image: Alexandra Wey/Keystone

ELLE L'A DIT

«On voit que cela fonctionne avec les régions. Cet ajout obligerait les partis à se soucier des femmes.»

Maya Graf, conseillère nationale (Les Verts/BL) et coprésidente d’Alliance F. (Image: Sebastien Anex)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral met l’accent sur l’importance de la représentation de toutes les régions de Suisse dans le vivre ensemble, à travers les revendications du Tessin. Au risque d’oublier 53% de l’électorat dans le tableau, selon Maya Graf, conseillère nationale (Les Verts/BL) et coprésidente d’Alliance F, faîtière d’organisations féminines. L’élue estime que la tournure actuelle des débats montre toute la nécessité de modifier la Constitution fédérale.

Pour l’heure, son article 174 alinéa 4 précise seulement que «les diverses régions et les communautés linguistiques doivent être équitablement représentées au Conseil fédéral». Maya Graf veut y ajouter «les sexes» et a rédigé une initiative parlementaire dans ce sens qui devrait être examinée en novembre par la Commission des institutions politiques du Conseil national. «On voit que cela fonctionne avec les régions. Cet ajout obligerait les partis à se soucier des femmes.»

Sexe vs compétences

Une démarche que Michaël Buffat (UDC/VD) juge inutile. «L’inscription des régions dans la Constitution a un sens. Il s’agit d’une question de cohésion nationale. En revanche, voter pour quelqu’un en fonction de son sexe et avoir ce fil à la patte est contre-productif. Il vaut mieux choisir un candidat pour ses compétences.» Le conseiller national estime en outre que le Parlement est déjà sensible à la représentation des femmes et qu’il n’y a pas matière à légiférer. «La preuve, il y a eu récemment une majorité de femmes.» Il considère par ailleurs que la probabilité qu’il n’y ait qu’une seule femme au gouvernement est extrêmement faible. «Le prochain départ sera probablement celui de Johann Schneider-Ammann et il sera très vraisemblablement remplacé par une femme.»

Depuis 1989, ces arguments ont tué toutes les précédentes tentatives de la même veine. Jean Christophe Schwaab (PS/VD), favorable au texte, est conscient de la minceur de ses chances devant le Parlement. Il insiste néanmoins sur sa nécessité. «Auparavant, les quotas me laissaient sceptique. Mais les faits montrent que, sans règles contraignantes, l’égalité ne progresse pas.»

Le Vaudois affirme que, sans ce but paritaire, certains partis ne feront jamais le travail nécessaire en amont, tel que profiler des élues au niveau local. «La Suisse est de toute manière un pays de quotas et d’équilibres. Nous savons très bien les gérer. On est d’ailleurs tous à un moment un quota: je suis président de la Commission des affaires juridiques parce qu’il fallait un homme romand et que j’étais le seul. Cela ne veut pas dire que je ne suis pas compétent!»

En attendant que sa proposition soit traitée, Maya Graf espère encore que le PLR proposera au moins une candidature féminine lors de l’élection qui aura lieu le 20 septembre. (Le Matin)

Créé: 31.07.2017, 06h52


Sondage

A quelle fréquence jouez-vous à l'EuroMillions ou au Swiss Loto?





Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.