Vendredi 19 avril 2019 | Dernière mise à jour 12:08

Suisse Fort absentéisme chez les fonctionnaires fédéraux

Les employés de la Confédération sont souvent malades. Et cela coûte très cher. C'est chez Ueli Maurer que l'on se porte le plus souvent pâle.

Les employés fédéraux ont manqué 254'000 jours de travail l'an dernier.

Les employés fédéraux ont manqué 254'000 jours de travail l'an dernier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'absentéisme touche de plein fouet les fonctionnaires fédéraux. Selon une statistique publiée par la «SonntagsZeitung» dimanche, les quelque 40'000 employés de la Confédération ont manqué en 2018 pour des raisons de maladie 254'000 jours de travail. Ce qui représente l'équivalent de 1154 ans de travail à 100% (220 jours ouvrables).

Comparés au nombre d'absences pour maladie dans d'autres secteurs de l'économie, les chiffres de l'administration publique sont élevés, relève le journal: ils sont un quart plus hauts que ceux de l'hôtellerie et de la restauration et que ceux de la banque et des assurances.

Selon l'enquête, ce sont surtout les unités administratives qui sont touchées par cet absentéisme. Si du côté de Berne, on invoque une vague de grippe, du côté de la société Synaps Care, qui s'occupe de la gestion des maladies au travail, on a une autre explication. Selon son patron Chris Holzach, les problèmes structurels et de gestion sont souvent à l'origine des taux de maladie élevés d'une entreprise. «En outre, la pression au travail laisse des traces», abonde Janine Wicki, secrétaire générale de l'Association fédérale du personnel.

Le plus fort taux d'absence chez Ueli Maurer

C'est chez Ueli Maurer que l'on a été le plus souvent malade en 2018. Le département des Finances enregistre en effet une moyenne de 8,7 jours de maladie par employé. Ceux-ci ont été absents 344 ans pour un coût estimé à 76 millions de francs. Une raison qui s'expliquerait par le fait que selon la dernière enquête menée auprès du personnel, c'est dans ce département que la satisfaction au travail est la plus faible.

Après le département d'Ueli Maurer, c'est au département de Justice et police de Simonetta Sommaruga qu'on dénote le plus grand nombre d'absences (8,2 jours) l'an dernier. Il précède le département de l'Intérieur d'Alain Berset (7,7 jours). Suivent le département de la Défense, à égalité avec celui des Transports (6,8), devant celui de l'Economie emmené l'an dernier par Johann Schneider-Ammann (6,7). Enfin, c'est aux Affaires étrangères que l'0n tombe le moins souvent malade (5,2 jours). Peut-être parce que son chef, Ignazio Cassis est médecin?

254 millions de francs en 2018

Une chose est sûre: ces absences coûtent cher à la Confédération. En plus des dépenses liées au maintien du salaire, il y a aussi des coûts qui se rajoutent, comme ceux des employés présents qui doivent faire des heures supplémentaires pour compenser la maladie de leurs collègues. Selon l'Office fédéral du personnel (OEB), ils représentent quelque 1000 francs par jour de maladie. Au total, l'administration estime à 254 millions de francs les dépenses pour les congés maladie de ses employés. Un argent que la Confédération doit prélever sur ses fonds propres parce qu'elle n'a pas d'assurance d'indemnités journalières de maladie. (nxp)

Créé: 14.04.2019, 10h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters