Vendredi 20 juillet 2018 | Dernière mise à jour 07:51

Genève Guéguerre sur la taxe automobile

Le MCG et Genève en Marche se livrent une concurrence féroce autour de la taxation des véhicules. Deux projets de loi ont été déposés. Les autres partis critiquent.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils étaient cul et chemise, voilà qu’ils s’écharpent. En quelques jours, Éric Stauffer et Thierry Cerutti ont chacun dégainé un texte destiné à limer l’impôt automobile genevois. Et s’ils visent le même but, ils ne s’épargnent pas. «Le projet du MCG est débile!» raille Éric Stauffer, qui roule dorénavant pour Genève en Marche. Thierry Cerutti, député MCG, riposte: le projet concurrent est un leurre pour faire oublier que son ex-collègue de parti s’est fait pincer avec des plaques valaisannes. «Il se comporte comme un enfant qui s’est fait attraper après avoir volé un bonbon.»

Dans les faits, la proposition d’Éric Stauffer, détaillée par catégories de véhicules et paliers de puissance, revient à diviser par deux l’impôt. «L’important, c’est de rendre du pouvoir d’achat aux Genevois. L’automobiliste n’est pas une vache à lait que l’on peut traire indéfiniment», dit le chef de Genève en Marche. Le MCG développe un argument similaire. «Ce n’est pas aux automobilistes déjà surtaxés de remplir les caisses de l’État», plaide son secrétaire général, François Baertschi. Thierry Cerutti propose un mécanisme simple: «Les tarifs sont égaux ou inférieurs à ceux qui sont appliqués dans le canton suisse où le niveau d’imposition est le plus bas.»

«De la démagogie»

Un dispositif «inapplicable», selon Éric Stauffer, vu que chaque canton use de critères de taxation différents (cylindrée, poids, puissance, émission de CO2). Au contraire, Thierry Cerutti juge que c’est le rôle de l’État de faire chaque année ce calcul. «Justement, nous ne voulons pas d’automaticité. L’impôt doit correspondre aux prestations fournies.»

La démarche navre Thomas Wenger, député socialiste. «C’est de la démagogie. Genève en Marche tente de faire oublier l’affaire des plaques valaisannes. Quant au MCG, son projet est si simpliste que c’en est à pleurer.» Il ajoute que – tous véhicules confondus – l’impôt genevois se situe sous la moyenne nationale. Un fait confirmé aux parlementaires, en novembre 2016, par le patron de la direction générale genevoise des véhicules: le coût annuel moyen de l’impôt atteint 337 francs.

Présidente de l’Association Transports et Environnement, l’élue nationale Verte Lisa Mazzone juge ces projets «inacceptables. En 10 ans, en Suisse, le prix des transports publics a augmenté de 30% alors que celui de la voiture, proportionnellement au coût de la vie, a plutôt baissé.»

Même François Membrez, président du TCS Genève, admet qu’au bout du lac, «pour une voiture raisonnable, l’impôt n’est pas forcément cher». Prudent, il ne s’exprime pas plus avant sur l’imposition idéale. «Notre position, c’est surtout qu’en plus de la puissance, la taxation devrait aussi prendre en compte le poids du véhicule.» (Le Matin)

Créé: 24.02.2018, 10h06


Sondage

La nuit, dormez-vous avec votre smartphone allumé dans la même pièce?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters