Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 22:21

Suisse Huile de palme: appel pour une diminution de l'offre

Face au coût écologique et humain de l'huile de palme, des associations demandent aux grands distributeurs de réduire les produits qui en contiennent.

(Image d'illustration) De nombreux produits d'importation, comme le shampoing, contiennent de l'huile de palme. (Lundi 4 septembre 2017)

(Image d'illustration) De nombreux produits d'importation, comme le shampoing, contiennent de l'huile de palme. (Lundi 4 septembre 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Malgré plusieurs engagements environnementaux pris depuis une quinzaine d'années, près d'un produit sur six contient de l'huile de palme sur les rayons de nos magasins. Pain pour le Prochain et Action de Carême demandent aux détaillants d'agir.

Destruction des forêts tropicales

Biscuits, pâte à pizza, shampoing, dentifrice: de nombreux produits d'importation contiennent de l'huile de palme. Pour les deux oeuvres d'entraide, seule une baisse de la consommation de ce type d'articles peut apporter une solution. Elles appellent donc les grands distributeurs à réduire le nombre de marchandises contenant de l'huile de palme dans leur assortiment.

La certification RSPO (Table ronde pour une huile de palme durable) n'empêche ni la destruction des forêts tropicales ni les cas d'accaparement des terres et de violation des droits humains, indiquent lundi les deux ONG dans un communiqué. La RSPO repose sur une base volontaire et ne prévoit pas de sanction.

Dans certaines palmeraies, les directives n'interdisent pas l'utilisation de pesticides. Même dans les plantations certifiées, les populations locales ne sont pas intégrées aux prises de décision des entreprises et des autorités, dénoncent Pain pour le Prochain et Action de Carême.

Appel à signatures

Après 15 ans d'existence, la RSPO n'a pas réussi à protéger les forêts tropicales. Plus de 190'000 kilomètres carrés de surfaces forestières et tourbières ont disparu au profit de monocultures dans le monde. Soit quatre fois et demi la Suisse.

Pour faire pression sur les détaillants, les deux organisations ont lancé un appel à signatures en ligne aux consommateurs afin d'appuyer leur demande. (ats/nxp)

Créé: 04.09.2017, 07h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.