Dimanche 24 mars 2019 | Dernière mise à jour 11:37

Scandale L'aide qui choque les Zurichois

A Zurich, un délinquant de 17 ans bénéficie d’une «thérapie» qui coûte 29 000 francs par mois au canton. Sa victime poignardée n’a touché que 3500 francs.

Le champion de boxe thaïe Shemsi Beqiri (à g.) et son protégé Carlos, par qui le scandale est arrivé.

Le champion de boxe thaïe Shemsi Beqiri (à g.) et son protégé Carlos, par qui le scandale est arrivé. Image: DR

29 000 francs par mois pour

Un quatre-pièces et demi dans le canton de Bâle-Campagne

Une équipe de dix professionnels assistants sociaux, psys, professeurs

Des cours de boxe thaïe tous les jours avec Shemsi Beqiri

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En une semaine, Carlos est devenu le délinquant le plus célèbre d’outre-Sarine. Ce jeune de 17 ans, au passé pénal déjà chargé, est pris en charge depuis deux ans par l’Office de protection de la jeunesse du canton de Zurich. Plutôt que de se retrouver dans une institution fermée, il bénéficie d’une «thérapie de luxe», selon les termes utilisés par Blick. Pour le remettre dans le droit chemin, son traitement coûte la bagatelle de 29 000 francs par mois au contribuable zurichois!

Le cas de trop

Ce scandale a débuté le 25 août. La télévision alémanique SRF1 a diffusé le portrait d’un juriste de la protection de la jeunesse, Hansueli Gürber, 62 ans, qui travaille depuis trente ans à aider les jeunes en difficulté. Cet homme aux allures de vieux hippie a traité des centaines de cas. Mais celui-ci est de trop. Carlos, 17 ans, de mère suisse et de père brésilien, vit actuellement dans un appartement de quatre pièces et demie, bénéficie d’une équipe de soutien (professeurs privés, assistants sociaux, avocat) et, surtout, prend des cours particuliers de boxe thaïe avec le champion du monde albano-suisse Shemsi Beqiri. Le tout pour 29 000 francs par mois.

Le lendemain, Blick commence un feuilleton sous le titre «Délire social». Le passé du jeune homme est peu à peu dévoilé. Dès l’âge de 11 ans, il tourne mal: vols, menaces, possession d’armes ou de drogue. Plus grave, en juin 2011, il poignarde dans le dos un jeune Turc. Les services de la jeunesse mettent les gros moyens pour le cadrer.

Mais il n’est guère travailleur. Dans l’émission de la SRF1, il précise qu’il «ne peut pas travailler» sinon il ne pourrait plus s’entraîner à la boxe thaïe. Blick découvre qu’il vit aux frais de la princesse à Reinfach (BL), où son professeur particulier est lui-même accusé d’avoir frappé un homme au visage.

Cerise sur le gâteau, la victime turque témoigne. Il aurait dû recevoir un dédommagement de 20 000 francs. Mais, comme Carlos n’a pas d’argent, c’est l’aide étatique aux victimes qui entre en jeu. Le dédommagement est revenu à la baisse: 3500 francs! En regard des 29 000 francs mensuels pour l’agresseur, on mesure l’impact sur l’opinion. Pour la conseillère nationale Natalie Rickli (UDC/ZH), «toute cette histoire est un scandale».

Du côté des institutions, on fait profil bas. On explique qu’en milieu fermé un cas comme le sien coûterait plus de 40 000 francs par mois! Le chef du Département de la justice du canton de Zurich, Martin Graf, attend un rapport sur cette affaire, qui n’a pas fini de titiller les consciences bien au-delà des bords de la Limmat. (Le Matin)

Créé: 02.09.2013, 11h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.