Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:35

Aviation L'échec du Gripen ouvre l'appétit du Français Dassault

Le patron de Dassault Aviation pourrait envisager de faire une nouvelle offre à la Suisse pour son avion Rafale, après l'échec dans les urnes du Gripen dimanche 18 mai.

Le Français Dassault Aviation va-t-il faire une nouvelle offre à la Suisse pour son avion Rafale? Possible, mais prématuré, selon son patron.

Le Français Dassault Aviation va-t-il faire une nouvelle offre à la Suisse pour son avion Rafale? Possible, mais prématuré, selon son patron. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cendres du Gripen ne sont pas refroidies après l'échec de son achat dans les urnes dimanche, qu'un premier avionneur s'approche déjà dans le ciel suisse. En effet, le PDG de Dassault Aviation a déclaré lundi que l'offre de ventes de Rafale initialement faite à la Suisse n'était plus valable mais qu'elle pouvait «le redevenir».

Eric Trappier s'exprimait en marge d'une conférence de presse au salon de l'aviation d'affaires à Genève. «Notre offre n'est plus valable en l'état mais elle peut le redevenir si on nous le demande», a-t-il indiqué, tout en soulignant que ce sujet était à ce stade «prématuré».

S'il n'a pas voulu commenter davantage le vote suisse, le dirigeant du groupe français qui produit à la fois des jets d'affaires Falcon et de combats, Rafale, estime qu'il y a sans doute eu «un mélange entre ceux qui sont contre les avions de combats en général et ceux qui étaient contre ce dossier, en particulier le Gripen».

Le Gripen présente «quelques risques»

Selon lui, le Gripen présente «quelques risques». Il a ainsi rappelé que le jet suédois est au stade de développement, dans la version retenue par notre pays, contrairement au Rafale et l'Eurofighter, «des solutions totalement sans risque puisque opérées par leurs forces armées». «Cela a peut-être inquiété une partie de ceux qui ont voté contre», a-t-il conclu.

Rappelons que le Conseil fédéral et Ueli Maurer avaient opté en 2011 pour le Gripen, au détriment du Rafale et de l'Eurofighter. Un choix qui avait largement été contesté dès le début, non seulement par de nombreux parlementaires, mais également par de nombreux militaires eux-mêmes. Mais le Parlement avait fini par avaliser le choix du gouvernement en automne dernier. (nxp)

Créé: 19.05.2014, 15h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.