Mercredi 24 juillet 2019 | Dernière mise à jour 06:39

Suisse L'été 2018 a été néfaste aux forêts

L’été 2018 a été la période sans précipitations la plus longue et la plus chaude depuis le début des relevés météorologiques systématiques en 1864.

L'année 2018 avait vu fleurir les interdictions de feu en forêt.

L'année 2018 avait vu fleurir les interdictions de feu en forêt. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL ont mené treize études sur les conséquences de l'été 2018 sur les forêts et les ressources en eau. Les premiers résultats ont été présentés jeudi.

«L’été 2018 a été, en plusieurs endroits en Suisse, la période sans précipitations la plus longue et la plus chaude depuis le début des relevés météorologiques systématiques en 1864», indique le WSL dans un communiqué. Non seulement l'institut analyse minutieusement depuis 134 ans l’évolution des forêts à l’échelle de tout le pays, mais il dispose également de nombreuses années d’expérience en matière d’hydrologie et de biodiversité.

Son objectif est de classer les conséquences de la sécheresse de 2018 parmi les observations relevées depuis de nombreuses années et de pouvoir mieux évaluer des phénomènes extrêmes de ce genre ou même de pouvoir les prévoir. Les premiers résultats de six des treize analyses sont maintenant disponibles.

Ils montrent que le changement de couleur précoce des feuilles des hêtres a ralenti la croissance des arbres, que des feux de forêt dus à la foudre furent plus fréquents que la moyenne et qu’un déficit d’eau aussi important se produit en règle générale une fois tous les cent ans.

La forêt ne meurt pas

Andreas Rigling, chef de l’unité de recherche Dynamique forestière du WSL, résume les premiers résultats de ces recherches: «En de nombreux endroits, les arbres sont fragilisés, leur croissance est ralentie, des parties de houppiers ou des arbres entiers meurent.» Selon lui, même si l’on ne parle pas de dépérissement de la forêt, certaines de ses fonctions importantes au niveau local sont compromises.

Selon le WSL, la sécheresse d’avril à septembre 2018 est comparable à celle des années 2003 et 1947. Il constate que, en ce qui concerne l’humidité du sol et le débit des cours d’eau, la sécheresse de 2018 était en de nombreux endroits plus grave que pendant les deux derniers étés secs de 2003 et 2015. (ats/nxp)

Créé: 11.07.2019, 13h41

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.