Dimanche 19 novembre 2017 | Dernière mise à jour 20:23

Alpes L’impact du réchauffement climatique sur les ruisseaux

Après un hiver pauvre en neige, les ruisseaux alpins émettent plus de dioxyde de carbone qu’ils n’arrivent à en capturer. Tel est le constat alarmant d'une étude de l’EPFL.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De nombreux scientifiques s’intéressent à l’impact du changement climatique sur les Alpes. L’une de ses conséquences les plus évidentes est la faible quantité de neige observée ces dernières années en montagne.

Des chercheurs de l’EPFL ont découvert que le manque de neige avait également un impact sur les ruisseaux alpins. Nous savons depuis une dizaine d’année que ceux-ci, combinés aux lacs et aux rivières, contribuent dans une large mesure à émettre du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, un phénomène qui était, jusqu’ici, naturel.

Selon leur étude, tout se dérègle après un hiver chaud pauvre en précipitations neigeuses: une fois le printemps revenu, les ruisseaux libèrent encore plus de CO2 qu’ils n’en absorbent.

«Il s’agit de la première recherche qui montre l’impact du changement climatique sur le cycle global du carbone dans le cas des ruisseaux alpins», explique Tom Battin, directeur du Stream Biofilm and Ecosystem Research Laboratory (SBER) et co-auteur de cette recherche qui vient de paraître dans la revue Ecosystems.

Comparaison de deux hivers

La comparaison de données issues de deux hivers d’affilée, l’un qualifié de normal, entre 2012 et 2013, et l’autre d’exceptionnellement chaud, entre 2013 et 2014, a permis d’observer ce phénomène.

«Après un hiver normal, notre étude montre que durant une fenêtre temporelle magique d’environ 70 jours, les ruisseaux capturent au printemps plus de dioxyde de carbone qu’ils n’en produisent naturellement, un phénomène nécessaire à la photosynthèse», précise Amber Ulseth, collaboratrice scientifique au SBER et première auteure de l’étude.

«Mais après un hiver chaud qui a connu très peu de chutes de neige, on observe une plus grande production de CO2 car les cours d’eau émettent plus de dioxyde de carbone qu’ils n’en absorbent. La fenêtre temporelle disparaît et les ruisseaux alpins deviennent une source nette de CO2.»

A ce stade, il est encore difficile pour les chercheurs de mesurer la quantité de CO2 relâché dans l’atmosphère. Plusieurs conséquences sont toutefois à envisager. Les rivières situées en contre-bas des petits ruisseaux alpins risquent par exemple de recevoir moins de carbone organique pour alimenter leur métabolisme en raison de l’absence de neige fondue.

La baisse de quantité de neige pourrait avoir une conséquence inquiétante sur l’ensemble du système, en se traduisant par exemple par une modification du débit d’eau. Des conséquences sur le réseau hydro-électrique qui dépend de ces rivières, en particulier sur les barrages, et sur le cycle de carbone dans les ruisseaux alpins sont ainsi probables et mériteraient d’être étudiées, selon les auteurs de l’étude.

Capteurs high-tech

Pour mieux comprendre le comportement des ruisseaux de montagne, les chercheurs ont immergé des capteurs environnementaux de dernière génération durant 18 mois sur 12 affluents de la rivière Ybbs, dans les Préalpes autrichiennes.

Répartis en réseau entre 700 et 1500 mètres, ces senseurs ont permis de mesurer l’ensemble de l’écosystème aquatique de la région, l’une des nouveautés de l’étude.

Les variations de la lumière, de la température des eaux et de la concentration d’oxygène ont permis d’observer la photosynthèse et la «respiration écosystémique», qui donnent, au bout du compte, une idée des flux du dioxyde de carbone.

«Cette recherche n’aurait tout simplement pas pu avoir lieu il y a dix ans, lorsque les capteurs que nous avons utilisés n’existaient pas, souligne Amber Ulseth. En récoltant des données toutes les cinq minutes, ils ont réellement pris le pouls de chaque ruisseau que nous avons étudié et permis de mesurer le métabolisme de tout un écosystème.»

(Le Matin)

Créé: 08.06.2017, 15h14


Sondage

Faut-il lever l’interdiction d’adopter faite aux homosexuels?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.