Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Nigéria La Suisse sanctionne la secte islamiste Boko Haram

Les mesures consistent en des gels d'avoirs, un embargo sur les armes et des interdictions d'entrée en Suisse et de transit par la Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Confédération a décidé de sanctionner la secte islamiste Boko Haram, accusée d'avoir enlevé à la mi-avril plus de 200 lycéennes dans le nord-est du Nigeria et dont les attaques sanglantes ont fait des milliers de morts depuis 2009. La mesure est entrée en vigueur le 6 juin.

La modification de l'ordonnance, instituant des mesures à l'encontre des personnes et entités liées à Oussama ben Laden et au groupe Al-Qaïda, met en oeuvre les sanctions décidées par le Conseil de sécurité de l'ONU le 22 mai, indique le site Internet du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), confirmant une information diffusée dimanche par «Schweiz am Sonntag».

Les mesures consistent en des gels d'avoirs, un embargo sur les armes et des interdictions d'entrée en Suisse et de transit par la Suisse. On estime que Boko Haram, qui milite pour la création d'un Etat islamique, a fait environ 5000 morts depuis 2009.

Son surnom signifie «l'éducation occidentale est un péché», mais il est désavoué par le groupe lui-même, qui lui préfère Jama'tu Ahlis Sunna Lidda'awati wal-Jihad, «le peuple engagé dans la propagation de l'enseignement du prophète Mahomet et du jihad».

Chef mis à prix

Surtout actifs dans le nord du Nigeria, les islamistes ont depuis 2011 pris pour cible des églises, des mosquées et des symboles du pouvoir mais aussi des écoles, des universités et même des dortoirs. Ils y ont massacré des étudiants dans leur sommeil.

Le 14 mai, des hommes armés de Boko Haram ont fait irruption dans une école de Chibok et enlevé environ 250 lycéennes. Une cinquantaine ont réussi à s'échapper, mais au moins 200 autres sont toujours entre leurs mains. Boko Haram a menacé de les vendre comme esclaves.

Leur rapt a soulevé une vague d'indignation mondiale. Le président américain Barack Obama a annoncé en mai l'envoi de 80 militaires au Tchad pour participer aux recherches.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Muhammad Shekau, est considéré comme un «terroriste à l'échelle mondiale» par les Etats-Unis, qui l'ont mis à prix pour sept millions de dollars (6,2 millions de francs). Il a déjà été donné deux fois pour mort par les forces de l'ordre nigérianes, avant de réapparaître dans des vidéos, son principal moyen de communication.

(ats/nxp)

Créé: 08.06.2014, 07h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.