Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 07:00

Votations du 22 septembre «La loi sur les épidémies attaque la liberté individuelle»

Un comité référendaire contre la loi sur les épidémies soumise au peuple en votation le 22 septembre a estimé jeudi qu'elle s'en prenait à la liberté individuelle et au rôle des médecins de famille.

Pour les opposants au texte, il s’agit d’une «violation de la souveraineté des cantons», compétents pour les questions de santé publique.

Pour les opposants au texte, il s’agit d’une «violation de la souveraineté des cantons», compétents pour les questions de santé publique.

Les référendaires font recours contre la brochure des votations

Les opposants à la nouvelle loi sur les épidémies ont fait recours à cause d’une erreur glissée dans la brochure des votations du 22 septembre. Ils veulent une correction du texte qui prétend que les droguistes font partie du camp du «oui» alors qu’ils n’ont pas donné de mot d’ordre et sont divisés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La nouvelle loi sur les épidémies, trop vague et équivoque, empiète sur la liberté individuelle des citoyens et sur le rôle des médecins de famille. Le comité référendaire, emmené par le naturopathe Daniel Trappitsch, a expliqué jeudi à Berne pourquoi il juge le texte qui sera soumis au peuple le 22 septembre indigne de la démocratie directe.

Cette loi amènera l’Etat à créer «un jardin d’enfants sécuritaire qui court-circuitera le rôle des médecins de famille», dénonce le médecin Dominique Bättig, ancien conseiller national UDC jurassien et responsable de la campagne des référendaires pour la Suisse Romande. Il s’agit d’une «violation de la souveraineté des cantons», compétents pour les questions de santé publique.

La révision revoit la répartition des tâches entre la Confédération, les cantons et des tiers. La Confédération assumera désormais un rôle de leader en définissant des axes et des buts stratégiques pour prévenir les épidémies, mais les cantons resteront compétents pour l’exécution. Les référendaires n’en rejettent pas moins une «centralisation abusive».

Des experts en droit parlent même d’une loi «extrêmement totalitaire», souligne Daniel Trappitsch. Le président de l’association «Netzwerk Impfentscheid» (réseau de décision sur les vaccins) s’en prend avant tout aux obligations de vaccination. Selon lui, elles ne devraient s’appliquer que lorsque le danger est élevé pour une grande partie de la population, et non dans des «situations particulières».

«Médecine préventive étatiste»

Les référendaires dénoncent ce type de tournures équivoques et les termes juridiques «mal définis» utilisés dans les articles de loi. Si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) perçoit une situation similaire à celle de quelques cas de rougeole en été 2013 en Suisse, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) pourra déjà proclamer un état d’urgence épidémiologique, regrette Daniel Trappitsch.

«L’Etat rend obligatoires les vaccinations et les firmes pharmaceutiques vendent les produits, l’urgence leur dispensant de réaliser des études de risques et d’examiner les effets secondaires potentiels», ajoute Dominique Bättig, qui parle de «médecine préventive étatiste globale». Un Etat de droit ne peut violer l’intégrité d’un citoyen que lorsque l’intérêt public prévaut, relève Urs Gasche, conseiller national PBD bernois.

Connivence internationale

D’après les référendaires, il ne faut pas donner davantage de pouvoir décisionnel à l’OFSP ou à d’autres organes centralisés dont l’indépendance par rapport au lobby de l’industrie pharmaceutique n’est pas garantie. Et de rappeler la grippe porcine en 2009 et 2010, où le médicament de Roche, le Tamiflu, s’est vendu comme des petits pains grâce à l’alarmisme de l’OMS et de la Confédération.

La grippe porcine s’est finalement révélée «moins dangereuse que la grippe saisonnière», déplore Yvonne Gilli, médecin et conseillère nationale verte st-galloise.

Les premiers à pâtir d’une situation où la Confédération décréterait l’état d’urgence sont les gens dans les écoles et les crèches ainsi que le personnel des hôpitaux refusant de se faire vacciner ou de vacciner des êtres humains contre leur gré.

Hausse des primes

Ceux-ci seraient alors menacés de suspension ou même de licenciement. En outre, «on court le risque de voir s’accélérer la hausse des primes des caisses maladie», la nouvelle loi ne réduisant pas les coûts mais les augmentant, assure Daniel Trappitsch.

Le président de «Netzwerk Impfentscheid» soutient que la prise en charge par patient atteint au moins 1000 francs en cas d’effets secondaires graves. D’après l’Institut allemand d’épidémiologie Robert Koch, ceux-ci concernent en moyenne 2% des vaccinations. «Sur les 4 millions de vaccinations effectuées chaque année en Suisse, le coût se monte déjà à 80 millions par an», relève le naturopathe.

La nouvelle loi offre toutefois la possibilité d’une indemnisation en cas de problème lié à un vaccin. Le ministre de la santé Alain Berset a aussi assuré que personne ne pourra être vacciné contre son gré. Le texte conservera la pratique actuelle en matière de vaccination, reposant sur une base volontaire, a-t-il ajouté. Par ailleurs, les cantons peuvent aujourd’hui déjà déclarer les vaccinations obligatoires.

www.non-a-la-vaccination-obligatoire.ch (ats/nxp)

Créé: 15.08.2013, 15h15


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.