Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 20:10

Suisse La police sur le qui-vive en ce week-end pascal

Les polices du pays s'apprêtent à multiplier les interventions pour faire respecter les directives sanitaires en lien avec le coronavirus.

Le chef d'état-major Covid-19 de la police cantonale vaudoise Marc Bardet s'exprime sur les mesures mises en place pendant le week-end de Pâques.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En terre vaudoise par exemple, ce sont exactement 766 policiers qui sont mobilisés 24 heures sur 24 jusqu'à lundi, contre environ 600 pour un week-end habituel. «Nous appréhendons un peu ce qui pourrait arriver», reconnaît Jacques Antenen, le commandant de la police cantonale vaudoise.

«Les gens vont sortir, c'est inévitable», ajoute-t-il, bien conscient que ses troupes devront de se démener pour traquer les regroupements de plus de cinq personnes et rappeler les règles de distanciation sociale.

Le chef de la police cantonale craint aussi certains effets collatéraux du confinement. «Nous voulons par exemple éviter que les gens sortent se défouler sur les routes, notamment les motards», relève-t-il.

Jacques Antenen cite un autre problème survenu avec le coronavirus: «Une tendance évidente à la délation.» Selon lui, les citoyens sont de plus en plus nombreux à dénoncer des attroupements non autorisés.

Outre la tension que cela peut faire naître dans la population, la délation surcharge la centrale d'appels de la gendarmerie et peut créer un engorgement au niveau des patrouilles, souligne Jacques Antenen.

Répression

Du côté des policiers engagés sur le terrain, Pâques s'accompagne aussi d'une certaine inquiétude. «On s'attend à devoir beaucoup intervenir auprès de gens qui ne voient pas le mal à se réunir en nombre», estime Jason, gendarme à la police cantonale.

Son coéquipier de patrouille, Sylvain de la police de l'Ouest lausannois, constate que ce sont les jeunes qui posent le plus de problèmes. «Pour certains groupes récidivistes, la prévention ne suffit plus. Nous sommes entrés dans la phase plus compliquée de la répression», remarque-t-il.

Selon le dernier pointage communiqué jeudi, la police vaudoise a infligé 1312 amendes depuis le 17 mars, auxquelles s'ajoutent 192 dénonciations au Ministère public. «Plus que jamais, nous appelons la population à adopter un comportement civique», martèle Jacques Antenen.

Sites fermés

A noter encore que le canton de Vaud n'a procédé à aucune fermeture de routes cantonales pour Pâques. Sur demande de Neuchâtel, seules les voies d'accès en voiture sur le site touristique du Creux-du-Van ont été bouclées.

Certaines communes ont toutefois pris des mesures pour éviter les attroupements. Yverdon-les-Bains, par exemple, a décidé de restreindre l'accès à la plage et aux Rives-du-Lac. (ats/nxp)

Créé: 10.04.2020, 09h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.