Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 01:42

Financement hospitalier La structure tarifaire des hôpitaux universitaires en question

Les structures estiment que le système couvre insuffisamment les cas complexes et les coûts de la formation médicale.

Les cinq Hôpitaux universitaires traitent ensemble plus de 200'000 personnes par an.

Les cinq Hôpitaux universitaires traitent ensemble plus de 200'000 personnes par an. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cinq hôpitaux universitaires de Suisse tirent la sonnette d'alarme. Ils demandent une amélioration d'urgence de la structure tarifaire du nouveau financement hospitalier.

Entré en vigueur il y a quatre mois, le système de forfait par cas (SwissDRG) ne reconnaît que 60% des différences induites par la sévérité des cas et des coûts, constatent les hôpitaux universitaires de Genève, Lausanne, Bâle, Berne et Zurich jeudi dans un communiqué commun. Or, les cas complexes et onéreux se concentrent justement dans les hôpitaux universitaires.

Les forfaits fixés ne rémunèrent pas suffisamment les coûts plus élevés induits par les patients souffrant de plusieurs pathologies ou de maladies complexes. Ils s'avèrent aussi trop bas lorsque de séjours hospitaliers plus longs que la moyenne ou pour les patients provenant d'autres hôpitaux et souffrant de complications.

Désavantage compétitif

Pour toutes ces raisons, les coûts des cas sont près de 20% supérieurs dans les hôpitaux universitaires que dans les autres. Un prix de base unique entraînerait un déficit annuel d'environ 350 millions de francs dans les soins aux patients.

Sous leur forme actuelle, les SwissDRG créent un désavantage compétitif systématique pour les hôpitaux universitaires, clairement sous-financés actuellement. Les hôpitaux plus petits ont plutôt tendance à profiter du nouveau système, selon le communiqué.

Prix de base séparé

Les hôpitaux universitaires demandent à SwissDRG, aux directeurs cantonaux de la santé et aux assureurs de leur appliquer provisoirement un prix de base séparé qui prenne en considération les exigences spéciales pesant sur la médecine universitaire.

Les cinq établissements préconisent également l'adoption des rémunérations différenciées, un système utilisé avec succès en Allemagne pour indemniser les cas complexes. Ils exigent également que les coûts de formation des médecins spécialistes soient complètement couverts.

Manque 150 millions

Quelque 2900 d'entre eux sont formés chaque année dans les hôpitaux universitaires. Ces derniers supportent ainsi des coûts de formation plus élevés que les autres hôpitaux.

Les postes de médecins assistants sont répartis dans toutes les disciplines médicales. Ils permettent de former la relève, notamment dans des spécialités chirurgicales qui ne sont pratiquées qu'en médecine universitaire.

Or, le nouveau financement hospitalier ne détermine pas la prise en charge de la formation continue des médecins-assistants. Chaque année 150 millions viendront ainsi à manquer pour la formation post- graduée. Si les cantons ne comblent pas ce déficit, la qualité future des soins médicaux en Suisse en pâtira inévitablement, avertissent les cinq hôpitaux.

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), l'Hôpital de l'Ile (Universitätspital Bern), l'Universitätspital Zurich et l'Universitätspital Basel traitent ensemble plus de 200'000 personnes par an. Ils s'occupent ainsi de plus d'un cinquième de tous les soins aux patients prodigués en Suisse. (ats/nxp)

Créé: 26.04.2012, 12h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.