Mercredi 22 janvier 2020 | Dernière mise à jour 09:37

Suisse La transition énergétique est possible, selon une étude

Le Fonds national suisse estime qu'il est possible pour la Suisse de sortir du nucléaire et des énergies fossiles dans des conditions acceptables d'ici 2050. A condition d'y mettre du sien.

Le FNS recommande de recourir plus massivement aux nouvelles énergies renouvelables.

Le FNS recommande de recourir plus massivement aux nouvelles énergies renouvelables. Image: Keystone

Galerie photo

En images, l'histoire du nucléaire en Suisse

En images, l'histoire du nucléaire en Suisse La première centrale, Beznau, date de 1969. Et de nombreuses votations ont émaillé depuis l'histoire de l'atome dans notre pays.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse dispose des conditions idéales, techniques et financières, pour réussir la transition énergétique. Reste à convaincre la population et les décideurs, concluent deux programmes de recherche du Fonds national suisse (FNS) publiés mardi.

Plus d'une centaine de projets ont été consacrés à la réduction de la consommation d'énergie, aux nouvelles technologies et aux conditions socio-économiques nécessaires pour sortir du nucléaire et des énergies fossiles d'ici 2050. Les recherches se sont déroulées sur cinq ans et ont coûté 45 millions de francs.

La lutte contre le réchauffement climatique et la transition énergétique sont des défis auxquels la Suisse n'a que rarement fait face, a relevé Hans-Rudolf Schalcher, président du comité de direction du programme de recherche consacré au virage énergétique devant la presse. Mais elle peut les surmonter. La sortie du nucléaire et des énergies fossiles est possible.

Toutefois, les innovations technologiques et un mode de vie moins riche en énergie ne s'imposeront pas d'eux-mêmes. Chacun devra y mettre du sien. Citoyens, consommateurs et responsables politiques ont leur rôle à jouer, a ajouté Andreas Balthasar, président du comité de direction du programme sur la gestion de la consommation d'énergie.

15 propositions

Les résultats de ces recherches aboutissent à quinze recommandations. Celles-ci visent les fournisseurs d'électricité, les ménages, les entreprises, les propriétaires de maison, les administrations publiques, les ONG, les politiques et les citoyens.

Les domaines de la mobilité et de l'immobilier offrent un potentiel considérable pour mettre en oeuvre la stratégie énergétique 2050. Il faut notamment accepter de recourir plus massivement aux nouvelles énergies renouvelables pour l'électricité et le chauffage y compris les éoliennes et la géothermie.

De vastes surfaces sous-exploitées devraient être utilisées. Le photovoltaïque intégré aux bâtiments est une solution préconisée. Les chercheurs ont fait des avancées dans ce domaine. Ils ont aussi travaillé sur le potentiel de l'énergie hydraulique.

Nouveaux comportements

Concernant la mobilité, la Suisse pourrait miser sur les progrès des véhicules économes en énergie et les nouveaux comportements. Des changements de comportement volontaires sont aussi souhaités comme le passage du véhicule individuel aux transports en commun ou l'achat de voitures peu énergivores.

Les chercheurs du FNS se sont aussi intéressés au stockage de l'électricité, notamment au moyen de batteries ou d'air comprimé. Les piles à combustibles nouvelles générations ont aussi été abordées.

Incitations à expliquer

La transformation du système énergétique implique aussi des aspects économiques. Les entreprises doivent mettre en place de nouveaux modèles de financement et d'affaires.

Des mesures incitatives pourraient être instaurées comme une taxe CO2 sur les combustibles fossiles. Elles sont plus efficaces et moins coûteuses que les subventions, relève le FNS.

Pour que ces mesures soient acceptées, des efforts doivent être faits pour combler le manque de connaissances de la population. Celle-ci doit ainsi comprendre le fonctionnement des taxes et connaître les effets de telles mesures sur sa qualité de vie ou son confort.

Faire participer financièrement les citoyens dans des projets d'énergie renouvelables locaux, dans le cadre de société ou de coopératives est aussi préconisé. L'engagement des villes et des communes qui disposent d'une marge de manoeuvre considérable en tant que productrice et utilisatrice d'énergie, devrait aussi être développé. (ats/nxp)

Créé: 14.01.2020, 10h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.