Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 22:52

Suisse Lancement d'une initiative pour tempérer Via Sicura

Les peines qui sanctionnent les délits de chauffards sont jugées disproportionnées par un groupe de citoyens qui va lancer une initiative populaire.

Le député UDC valaisan Pierre Contat est le secrétaire de l'association Stop aux abus de Via Sicura. (Image: Keystone )

Image

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Disproportionnés les peines contre les délits de chauffards? C'est en tout cas ce qu'estime des citoyens qui lancent une initiative. La récolte de signatures devrait débuter dès la publication du texte, début mai, dans la Feuille fédérale.

Les mentalités évoluent «très lentement»

L'initiative est prête depuis près de deux ans. Mais l'association Stop aux abus de Via Sicura, essentiellement constituée de Romands, a voulu prendre le temps de recruter en Suisse alémanique pour donner les meilleures chances à sa démarche.

Outre-Sarine les mentalités évoluent «très lentement», déclare le député UDC valaisan Pierre Contat, confirmant une information du «Matin Dimanche». Secrétaire de l'association, il explique pourquoi cette dernière manque encore de référents de poids en Suisse alémanique, des parlementaires fédéraux par exemple.

Personne n'est à l'abri

Forte de quelque 300 membres, l'association apolitique ne veut plus attendre et rendra public le texte de son initiative populaire dans moins de dix jours. Selon elle, aucun automobiliste n'est à l'abri d'un excès.

Avec des conditions de conduite toujours plus difficiles, manquer un panneau peut avoir des conséquences très lourdes. La loi entrée en vigueur progressivement depuis 2013 prévoit ainsi une peine plancher d'un an de prison pour tout automobiliste flashé à plus de 100 km/h dans un village, 140 km/h hors localité et 200 km/h sur autoroute.

Pas de caractère excessif

En décembre, le Conseil national s'est montré prêt à assouplir Via Sicura dans le sens souhaité par l'initiative. Mais le texte de Fabio Regazzi (PDC/TI) visant à supprimer «le caractère mécanique et excessif des mesures contre les chauffards» vient d'être rejeté par la commission compétente du Conseil des Etats, à l'unanimité.

L'initiative populaire a aussi pour objectif de servir de moyen de pression sur le Conseil fédéral et le Parlement. Cité dans Le Matin Dimanche, Fabio Regazzi ne s'en cache pas. (ats/nxp)

Créé: 24.04.2016, 14h09

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.