Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:09

Erasmus Le Conseil fédéral pourrait financer les étudiants dans l'UE

L'UE a tranché: pas d'«Erasmus +» pour les étudiants suisses pour la rentrée prochaine. Le Conseil fédéral songe à financer les formations à l'étranger avec les fonds destinés au programme européen.

Des étudiants enterrent symboliquement le programme d'échange Erasmus.

Des étudiants enterrent symboliquement le programme d'échange Erasmus. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil fédéral ne laissera pas tomber les étudiants après la décision la veille de la Commission européenne d'exclure la Suisse des programmes «Erasmus +», au moins pour 2014/15, et «Horizon 2020».

Il apparaît de plus en plus probable que la Suisse financera l'échange d'étudiants. Pour ce faire, le Conseil fédéral peut en effet utiliser les fonds destinés à «Erasmus +». Johann Schneider-Ammann, le conseiller fédéral en charge de la Formation, a déjà envoyé des signaux en ce sens, comme l'ont confirmé plusieurs sources au Tages-Anzeiger.

Une décision urgente

La décision n'a cependant pas encore été prise officiellement mais la question est urgente, reconnaît Ruedi Christen, porte-parole du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Thomas Bachofner, secrétaire général de la Conférence des Recteurs des Hautes Ecoles Spécialisées Suisses, ajoute qu'il est «important que le Conseil fédéral décide rapidement.»

Même si le financement devait être assuré par le gouvernement, la décision de la Commission européenne limitera le choix des université disponibles, ajoute Antonio Loprieno, recteur de l'Université de Bâle et président de la Conférence des Recteurs des Universités Suisse (CRUS). Toutefois, les Hautes écoles suisses ont noué des contacts bilatéraux avec leurs homologues en Europe, ce qui permettrait aux étudiants suisses de pouvoir aller se former à l'étranger.

Trouver une solution pour la Croatie

La Commission européenne lie la participation suisse aux programmes européens sur la recherche scientifique à l'élargissement de la libre circulation avec la Croatie, que Berne a déjà refusé de signer. Les diplomates ne baissent cependant pas les bras. Une réunion pour débloquer la situation est prévue au début avril entre le secrétaire d'Etat Yves Rossier et David O’Sullivan, le chef suppléant de la diplomatie de l’Union européenne.

Parmi les solutions évoquées, la Suisse ne signerait certes pas le protocole mais en reprendrait unilatéralement les dispositions transitoires dans une loi. Le Conseil fédéral pourrait ainsi se concentrer sur le cœur du problème: appliquer la volonté populaire exprimée le 9 février sans se mettre définitivement dos l'Union européenne.

Créé: 27.02.2014, 12h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.