Mardi 23 avril 2019 | Dernière mise à jour 00:25

Révision de loi Le National sensible à la protection des lanceurs d'alerte

Selon la Chambre basse, les lanceurs d'alerte, ces personnes qui signalent des irrégularités sur leur lieu de travail, méritent, suivant les cas, d'être protégés par la loi.

Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les personnes qui signalent des irrégularités sur leur lieu de travail méritent une protection dans certains cas. Tout en affirmant son intention de légiférer, le Conseil national a renvoyé ce mardi 5 mai une révision du Code des obligations déjà adoptée par le Conseil des Etats.

Le Conseil fédéral est prié de reformuler le projet d'une «manière plus simple et plus compréhensible», exige la Chambre du peuple. La loi censée clarifier à quelles conditions un employé peut dénoncer des irrégularités sur son lieu de travail est trop compliquée, a fait valoir Yves Nidegger (UDC/GE).

Jean Christophe Schwaab (PS/VD) a parlé d'inflation législative. Pour lui, il ne s'agit pas de corriger un problème de cosmétique, mais de trouver un système évitant les incertitudes juridiques et assurant une protection réelle dans le droit du travail. Christian Lüscher (PLR/GE) a assuré que le renvoi ne constituait nullement une manœuvre dilatoire mais qu'il naissait d'une volonté de rendre le système praticable.

Avant de renvoyer le dossier au gouvernement, le Conseil national est entré en matière sur la loi concernant les lanceurs d'alerte («whistleblowers») par 134 voix contre 49. L'UDC aurait voulu enterrer tout le paquet.

Alerter l'employeur d'abord

Le projet prévoit un système en cascade: le signalement d'irrégularités n'est généralement autorisé que s'il est adressé d'abord à l'employeur, puis à une autorité et, en dernier recours, au public. L'employeur a ainsi la possibilité de remédier lui-même aux irrégularités.

Le Conseil des Etats a voté la révision du Code des obligations en septembre par 22 voix contre 13. Le texte se limitant à clarifier les comportements licites des collaborateurs dans le secteur privé, il ne devrait pas empêcher certaines personnes de perdre leur travail ou d'être traînées devant la justice, a critiqué la gauche.

L'employé ne pourra s'adresser au public sans violer son obligation de fidélité que si l'autorité ne l'informe pas des suites données à son intervention dans un délai de 14 jours. La droite n'est pas parvenue à augmenter ce laps de temps à 30 jours.

Depuis 12 ans

L'amélioration de la protection des lanceurs d'alerte est un serpent de mer. Le premier projet de révision, mis en consultation en décembre 2008 sur la base d'une motion datant de 2003, n'avait guère convaincu. Tandis que les patrons et l'UDC l'estimaient superflue, la gauche et les syndicats souhaitaient qu'elle aille plus loin en prévoyant la réintégration de la personne congédiée abusivement. (ats/nxp)

Créé: 05.05.2015, 12h35

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.