Mardi 11 décembre 2018 | Dernière mise à jour 01:48

Courrier d'entreprises Le géant jaune empiète sur le marché des fiduciaires

Le géant jaune s'occupe de plus en plus de la correspondance commerciale des entreprises. Les fiduciaires sont irritées par cette concurrence.

Le siège de La Poste, à Berne.

Le siège de La Poste, à Berne. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Poste veut développer de nouvelles activités pour s'armer contre une baisse attendue de ses bénéfices due notamment au recul du volume du courrier. Elle souhaite entre autres s'occuper toujours plus de la correspondance commerciale des entreprises. Les fiduciaires montrent les dents.

Leur organisation faîtière «s'oppose à ce que La Poste soit active dans ce secteur, alors que son mandat légal prévoit la distribution du courrier». «La Poste empiète sur le marché de nos membres», affirme Ramona Brotschi, vice-directrice de Fiduciaire Suisse, l'Union suisse des fiduciaires.

Les activités qui intéressent le géant jaune comprennent la gestion de documents tels que les factures, rappels, réclamations et autre correspondance expliquait La Poste à l'heure de son bilan annuel en mars. Or la facturation et le contentieux (recouvrement) représentent l'activité de nombreuses fiduciaires.

Hors mandat

Reconnaissant sa présence, depuis 2007, sur le marché de la gestion du courrier des entreprises, La Poste convient que cette activité, qu'elle souhaite même étendre, correspond en partie au travail des fiduciaires. Pour certains clients, l'ex-régie ne fait pas que numériser et expédier des documents finis, elle s'occupe de les rédiger voire se charge de comptabilité.

«Il s'agit d'un marché libre et très dynamique, où la concurrence est vive», affirme Mariano Masserini, porte-parole. «Les fiduciaires possèdent toutefois une palette beaucoup plus étendue de services et leurs activités sont plus complètes», précise-t-il.

Quoiqu'il en soit, tant qu'elle remplit les conditions de son mandat de base de service public, La Poste a le droit de s'installer sur des marchés de niche et rentables situés en dehors du mandat, souligne son porte-parole. Quand il a développé Postfinance, le géant jaune a déjà essuyé une salve semblable du secteur bancaire.

«Elle peut agir comme n'importe quelle société privée», précise Andreas Herren, porte-parole de la commission Postcom, qui veille à l'application de la nouvelle loi sur la poste entrée en vigueur le 1er octobre 2012. L'ex-régie peut développer des activités en dehors de son mandat de manière illimitée, tant que celui-ci est rempli.

Pression sur les prix

Les fiduciaires ne redoutent pas seulement que La Poste devienne un concurrent important. Elles craignent également que le géant jaune pratique un dumping grâce à sa position privilégiée sur le marché des envois postaux. Selon Mme Brotschi, le géant jaune pourrait aisément faire chuter les prix dans les secteurs d'activités situés sur des marchés libres, baisses qui ne seraient pas à la portée des fiduciaires.

Des contrôles fédéraux visent justement à empêcher La Poste d'utiliser les recettes générées par son mandat de service public pour subventionner ses activités dans les marchés libres, assure Mariano Masserini. «PostCom s'occupe même de deux types de contrôles contre les subventions croisées, l'un sur une base annuelle et l'autre répondant à des requêtes sur des cas spécifiques», confirme Andreas Herren.

Potentiels de croissance

Confrontée à une baisse de ses recettes depuis que l'électronique concurrence les envois de courrier, La Poste fait face à une hausse de ses coûts, expliquait à l'heure du bilan 2012 Susanne Ruoff, directrice générale. L'entreprise doit ainsi réagir en maîtrisant les dépenses mais aussi en développant les activités de base et en exploitant les potentiels de croissance.

Outre la gestion de la correspondance des sociétés, le marché des colis offre selon l'ex-régie de bonnes possibilités de croissance, avec une progression annuelle de 4 à 5%. La Poste compte aussi proposer des colis intelligents, le destinataire pouvant décider de la date et du lieu de distribution. Dans le secteur des lettres, il y aurait un potentiel à capter au niveau des envois publicitaires. (ats/nxp)

Créé: 28.04.2013, 14h43

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.