Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 20:10

Nature Le printemps commence trop tôt pour les chevreuils

Avec le changement climatique, la période où la nourriture est la plus abondante et celle des mises bas chez le chevreuil se chevauchent de moins en moins.

En Suisse, des faons sont marqués depuis 1971. Ce suivi devrait être prolongé afin de détecter à temps les évolutions de populations dues au changement climatique, selon les chercheurs.

En Suisse, des faons sont marqués depuis 1971. Ce suivi devrait être prolongé afin de détecter à temps les évolutions de populations dues au changement climatique, selon les chercheurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que la végétation se réveille de plus en plus tôt en raison du changement climatique, la période de mise bas chez les chevreuils ne se décale que lentement. Cela a un impact sur la nourriture disponible pour les jeunes, selon une étude de l’Institut WSL.

Les animaux sauvages donnent naissance à leur progéniture au moment où les conditions environnementales garantissent un taux de survie optimal. Les faons viennent donc au monde au début de la période végétative.

Les chevrettes allaitantes disposent alors d’herbes et de plantes herbacées tendres et digestes, à forte teneur en énergie et en protéines, a indiqué lundi l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) dans un communiqué.

Comme le changement climatique entraîne un développement de la végétation de plus en plus précoce, la période où la nourriture est la plus abondante et celle des mises bas chez le chevreuil se chevauchent de moins en moins souvent sur le Plateau suisse, selon cette étude menée par Kurt Bollmann, biologiste de la faune sauvage au WSL.

Marque auriculaire pour les faons

En Suisse, des faons sont marqués à l’oreille depuis 1971, et le lieu de leur découverte est soigneusement consigné. Pour leurs recherches, Maik Rehnus, du WSL, et Marta Peláez, de l’Université polytechnique de Madrid, ont comparé les dates de mise bas de 8983 faons de 1971 à 2015 avec des données à long terme sur le début de la période de végétation et la date de la première fenaison.

Résultats: la période végétative commence en moyenne 0,45 jour plus tôt chaque année et la première fenaison 0,32 jour plus tôt. Au cours des 45 années étudiées, le début de la végétation a ainsi été décalé de 20 jours et la fenaison de 14 jours, mais les dates de mise bas n’ont avancé que de trois jours au total, à raison de 0,06 jour par an.

À toutes les altitudes, ces dernières ont évolué beaucoup plus lentement que la végétation, selon ces travaux publiés dans la revue Ecosphere. La lenteur de cette adaptation pourrait être due en partie au fait que la reproduction du chevreuil est contrôlée par le rapport jour/nuit, qui n’évolue évidemment pas sous l’effet du changement climatique.

L’écart se creuse

À basse altitude, les mises bas se produisent de plus en plus en dehors de la période où les ressources alimentaires sont idéales, alors qu’elles sont optimales à haute altitude. Selon les chercheurs, les conséquences sont incertaines.

«Grâce à la gestion à relativement petite échelle et en mosaïque des cultures agricoles échelonnées dans le temps, les chevreuils trouvent suffisamment de nourriture même quand les conditions ne sont plus optimales dans les prairies», explique Kurt Bollmann, cité dans le communiqué.

Il est toutefois possible que le chevreuil se raréfie sur le Plateau à l’avenir et qu’il colonise plus fortement les zones de collines et de montagnes, car le développement de la végétation y commence plus tard et coïncide donc mieux avec les mises bas.

Pour les populations de chevreuils, l’impact de ce décalage entre les dates de mise bas et le développement des prairies dépendra non seulement de la gestion des autres cultures, mais aussi des conditions météorologiques en hiver et pendant l’élevage des jeunes.

Les chercheurs recommandent donc de prolonger le suivi des faons et même de le densifier à basse altitude: «De cette façon, l’évolution des populations de chevreuils sera détectée à temps et la gestion de la chasse pourra être ajustée en conséquence», conclut Maik Rehnus, premier auteur de l'étude. (ATS/Le Matin)

Créé: 29.06.2020, 11h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.