Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 14:23

Exclusion Le soldat végane n’a pas été sauvé par l’armée

Le héros des animaux ne pourra pas servir sous les drapeaux. La grande muette décide qu'il n'a pas sa place dans l'armée à cause de son régime alimentaire.

En pleine santé, motivé, mais végane, Antoni Da Campo ne pourra définitivement pas faire son service militaire.

En pleine santé, motivé, mais végane, Antoni Da Campo ne pourra définitivement pas faire son service militaire. Image: Odile Meylan

Doit-on réformer de l’armée quelqu’un qui mange végane?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas de miracle pour Antoni Da Campo. Déclaré inapte au service militaire en décembre, à cause de son style de vie végane, le Valaisan ne pourra définitivement pas intégrer les rangs de la grande muette. Respectant une alimentation sans produits d’origine animale, le jeune homme avait également été écarté à cause de son refus de porter les chaussures militaires, en cuir. Malgré la polémique née de cette décision, Schweiz am Sonntag a annoncé hier que le recours du militant de l’association Pour l’égalité animale (PEA) n’a pas fait évoluer la position de l’armée.

Frustré? Déçu? Pour l’heure, le titulaire du Prix Héros des animaux, décerné par l’organisation américaine PETA, ne souhaite pas faire de «commentaire personnel» sur la décision, communiquée oralement à Lausanne. Le porte-parole de l’armée, Christoph Brunner, se borne, quant à lui, à rappeler que les «végétaliens stricts» n’ont pas leur place en gris-vert. Mais, au fait, n’est-il pas absurde de vouloir apprendre à faire la guerre, voire à tuer, quand on refuse de manger un lapin? «En tant que véganes, on n’a pas de point de vue unique sur l’armée, note Fabien Truffer, porte-parole de PEA. Le combat de notre membre, s’il peut surprendre, s’inscrit dans une lutte à tous les niveaux de la société pour la reconnaissance de ceux qui ont décidé de vivre sans tuer des animaux. Il faut que la société s’adapte à nous, que ce soit dans les cantines scolaires, dans les hôpitaux ou, comme ici, à l’armée.»

Créé: 28.03.2016, 08h59

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.