Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 21:49

Avion de combat «Le sort du Gripen me laisse peu de doutes»

Vives critiques au parlement, référendum populaire... Le jet suédois est mal parti. Le sénateur vert Luc Recordon lui prédit une fin prématurée.

Luc Recordon, conseiller aux Etats vaudois (Verts).

Luc Recordon, conseiller aux Etats vaudois (Verts). Image: Jean-Bernard Sieber

Galerie Photos

Rappel de la bataille pour ou contre le Gripen en images

Rappel de la bataille pour ou contre le Gripen en images Le Conseil fédéral a choisi le Gripen du Suédois Saab comme nouvel avion de combat pour remplacer les vieux Tiger. Mais leur achat est combattu par référendum. Les Suisses se prononceront le 18 mai 2014.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil des Etats est tout juste entré en matière (22 voix contre 20) aujourd'hui pour acheter le Gripen suédois. Mais la chambre des cantons a refusé de lever le frein à l'endettement, à une voix près. Ce qui ôte la possibilité de financer l'appareil. La balle est dans le camp du National.

Un retournement de situation, alors que le oui clair de la commission des Etats laissait présager un soutien ces dernières semaines. De quoi faire pavoiser les opposants au jet préféré d'Ueli Maurer, au premier rang desquels les Verts et les socialistes. Questions à l'écologiste vaudois Luc Recordon, membre de la commission de la politique de sécurité des Etats.

Le Matin Le Conseil des Etats autorise le décollage du Gripen, mais lui siphonne le réservoir... Ce retournement vous a-t-il surpris?

Luc Recordon – Oui, c'est une surprise que le Conseil des Etats se montre aussi réticent alors qu'en commission une majorité soutenait cet achat, hormis les socialistes et les Verts. Tout le monde a considéré qu'Ueli Maurer avait réussi un coup formidable, alors que ce n'est qu'une victoire à la Pyrrhus.

Comment expliquez-vous cette situation?

Dans les commissions il y a surtout des passionnés, en l’occurrence de la chose militaire. Des passionnés qui ont de la peine à adopter une distance critique vis-à-vis de cet achat d'avion. Ils ont même eu de la difficulté à admettre qu'on n'achetait pas un appareil plus prestigieux et performant. Donc ne leur parlez pas d'acquérir un avion plus modeste pour des interceptions aériennes, de prolonger ceux que nous avons ou de faire des collaborations avec d'autres pays... En plenum les choses sont différentes.

Vous avez demandé de reporter ce vote, sans succès. Pourquoi vouliez-vous attendre?

Le contrat d'achat du Gripen est arrivé au dernier moment à la commission, très technique et incompréhensible pour un profane. Même Ueli Maurer a reconnu qu'il n'avait pas lu le contrat. L'administration nous a certes fait parvenir une sorte d'exégèse, mais les gens du Département de la Défense sont favorables à l'avion, on peut donc imaginer qu'ils n'ont pas tout l'esprit critique nécessaire. Bref, les choses sont allées trop vite et je regrette que cet objet soit passé en force.

Même si le parlement acceptait cet achat, n'êtes-vous pas assuré de gagner au bout du compte? Les Verts et les socialistes ont promis un référendum populaire et selon les sondages une majorité de Suisses ne veulent pas de cet avion de chasse.

N'allons pas trop vite! Les sondages montrent en effet une grande hésitation dans la population. Les chances d'emporter un référendum sont réelles. Car il y a en effet un sentiment de gaspillage financier assez large. Le sort du Gripen me laisse peu de doutes. Il faudra de toute façon revoir notre police du ciel ainsi que toutes les missions de l'armée.

Pensez-vous qu'un avion de combat est inutile?

Je crois que nous avons besoin d'avions pour la sécurité aérienne, pour courir après un Piper ou un Boeing en cas d'attaque terroriste. Cela nécessite un intercepteur relativement rapide, mais pas un chasseur de combat. La vitesse des avions civils est de toute façon inférieure à Mach1.

Créé: 05.03.2013, 16h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.