Lundi 24 février 2020 | Dernière mise à jour 13:05

Suisse Baisse inédite du nombre de suicides

Deux sociologues français soulignent une baisse du nombre de suicides inédite depuis le début du 20e siècle en Europe. La Suisse est dans la même tendance.

On soigne désormais nettement mieux qu'avant les troubles susceptibles de provoquer un suicide.

On soigne désormais nettement mieux qu'avant les troubles susceptibles de provoquer un suicide. Image: Keystone

Suicidaire? Faites-vous aider!

«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse! C'est une démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide,dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.

N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes : «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d'aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En trente ans, le taux de suicide a diminué d'un tiers dans les pays membres de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Un constat établi par les sociologues français Christian Baudelot et Roger Establet dans «Suicide. L’envers de notre monde», un ouvrage qui paraît ce jeudi.

La Suisse est dans cette même tendance, révèle jeudi la RTS sur son site internet. Jamais depuis 1950, on ne s'y est aussi peu suicidé, précise-t-elle. Avec 13 cas pour 100'000 personnes, notre pays est dans la moyenne des pays européens.

La fin d'un tabou

Le nombre de décès volontaires baisse constamment depuis 1980. Ceci grâce à des raisons d'abord médicales, explique-t-elle. En effet, les dépressions, les troubles bipolaires et la schizophrénie, à même de provoquer des suicides, bénéficient de traitements médicamentaux toujours plus développés. En outre, le suicide n'est désormais plus un tabou et les Suisses vont toujours plus facilement voir un psychiatre.

Autre explication avancée: la réforme d'Armée XXI en 2004, qui a rendu plus difficile le maintien d'une arme de service à domicile. Cette mesure a eu une conséquence positive sur le taux de suicide par arme à feu, notamment chez les hommes âgés de 30 à 40 ans, explique la RTS qui précise quand même que la Suisse compte un taux de décès volontaires par ames à feu trois fois supérieur à la moyenne européenne.

Créé: 08.02.2018, 12h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.