Lundi 18 décembre 2017 | Dernière mise à jour 19:04

Suisse Les 2 fils d'une marquise se disputent sa fortune

Deux frères s'opposent devant les tribunaux suisses et français. Au coeur du conflit, les millions de leur mère Soledad Cabeza de Vaca.

La fortune de la marquise est difficile à évaluer.

La fortune de la marquise est difficile à évaluer. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice française a entendu vendredi à huis clos deux frères, l'un biologique et l'autre adoptif, qui se disputent devant les tribunaux suisses et français l'immense fortune de leur mère, la marquise de Moratalla.

Sept avocats se sont succédé à la barre durant plus de trois heures et demie durant cette audience devant la juge des tutelles du tribunal de Bayonne (sud-ouest), dont la décision a été mise en délibéré au 12 janvier.

La juge des tutelles examinait la nécessité de suspendre ou non l'exécution d'un «mandat de protection future» concernant la riche héritière espagnole, Soledad Cabeza de Vaca, marquise de Moratalla. La magistrate devait également décider de l'opportunité de prononcer la mise sous tutelle de cette femme âgée de 87 ans et atteinte de la maladie d'Alzheimer, déjà placée sous sauvegarde de justice cet été.

Le mandat, signé en Suisse en 2012 par la marquise elle-même et enregistré par le tribunal de Bayonne, donne tout pouvoir à son fils adoptif, German de la Cruz, 38 ans, pour administrer ses biens ou, à défaut, à son gestionnaire de fortune, Markus Frey.

Un mandataire neutre

C'est contre ce mandat que s'insurge le fils biologique de la marquise, Forester Labrouche, 65 ans, auteur de la requête examinée vendredi à Bayonne. «Forester Labrouche, notre client, ne demande qu'une chose: la désignation d'un mandataire neutre, indépendant, au-dessus de tout soupçon», a déclaré l'un de ses avocats, Richard Malka, à sa sortie de l'audience. «Son frère, German de la Cruz, demande à être mandaté lui-même pour gérer le patrimoine de sa mère. Il a déjà perçu 12 millions d'euros de donation et ces actes sont assez flous (...) La solution de sagesse, c'est de nommer quelqu'un d'autre», a-t-il affirmé.

Une solution que les avocats suisses de German de la Cruz, Romain Jordan et Ronald Asmar, réfutent: «Mme de Moratalla a voulu que German s'occupe d'elle quand elle ne serait plus en mesure de le faire, nous demandons le respect de sa volonté.»

La marquise est née d'un père issu de la noblesse ibérique, Antonio Cabeza de Vaca, dont l'un des ancêtres, Alvar Nunez Cabeza de Vaca (1488-1559), était un illustre conquistador.

Mais sa fortune, difficile à évaluer précisément, viendrait en fait de sa mère, Olga Leighton, une veuve anglaise qui la tenait de son premier mari. Mme de Moratalla est elle-même veuve de l'éleveur de chevaux Maurice Labrouche, et le couple a financé pendant des décennies sa passion des chevaux grâce aux revenus de ses placements. (afp/nxp)

Créé: 17.11.2017, 22h03

Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.