Mercredi 24 juillet 2019 | Dernière mise à jour 06:39

Suisse Les CFF vendent leurs vieux trains sur internet

L'ex-régie fédérale se débarrasse de ses véhicules désuets pour des raisons écologiques mais aussi économiques.

Il faut débourser 200 000 francs pour s'offrir ce train.

Il faut débourser 200 000 francs pour s'offrir ce train. Image: DR/sbbresale.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les CFF mettent un peu de beurre dans leurs épinards en vendant des anciennes locomotives, rails et aiguillages qui ne servent plus. La compagnie ferroviaire a récemment ouvert un magasin d'occasions en ligne. Les premières affaires ont été conclues.

Le site SBBresale.ch offre tout ce qui peut réjouir les enthousiastes du rail, relate dimanche le SonntagsBlick. «Nous avons communiqué le lancement en interne la semaine dernière pour voir s'il y a des intéressés», explique le porte-parole des CFF Stephan Wehrle.

Sur 33'000 collaborateurs, il devrait sans doute y en avoir. Les CFF visent en premier des marchands professionnels et des entreprises industrielles. Mais l'offre s'adresse également aux ferroviphiles privés, amis du rail ou clubs de fans qui souhaitent utiliser le vieux matériel ferroviaire comme ornement, poursuit Stephan Wehrle.

Un transformateur triphasé

D'après le site, certains acheteurs ont déjà saisi l'occasion. Un transformateur triphasé est parti pour 75'000 francs, tout comme trois aiguillages des années 2002 et 2003 pour des sommes comprises entre 25'000 et 29'000 francs.

En revanche deux rames automotrices à 800'000 et 1,3 million de francs attendent toujours preneur. De même qu'un train d'extinction et de sauvetage pour un million ou une locomotive diesel-électrique pour 200'000 francs.

Les CFF connaissent l'identité des acheteurs. Ceux-ci n'ont pas à expliquer pour quelle raison ils souhaitent acquérir tel ou tel objet. «Si nous devons constater que quelqu'un fait des achats systématiques pour ensuite revendre le matériel, nous tenterons d'y mettre un terme», souligne Stephan Wehrle. Ce commerce peut toutefois difficilement être évité totalement.

L'assortiment en ligne doit être rapidement étendu. L'ensemble des divisions des CFF peuvent proposer des objets. L'objectif principal est la gestion du matériel dans une idée d'économie durable. Autre point positif, ces ventes allègent le budget de l'entreprise.

Créé: 14.07.2019, 08h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.