Lundi 18 novembre 2019 | Dernière mise à jour 08:12

Fédérales 2019 Les Verts gagnent 6,1 points, un record depuis 1999

Les Verts, en hausse de 6,1 points selon les chiffres définitifs de l'OFS, ont réalisé dimanche la plus forte poussée d'un parti depuis les fédérales de 1999.

Le politologue Louis Perron explique le résultat des Verts.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les chiffres définitifs de l'Office fédéral de la statistique (OFS) confirment le bond historique des Verts au Conseil national: ils progressent de 6,1 points par rapport à 2015 pour se tailler désormais 13,3% de la part du gâteau électoral.

C'est aujourd'hui la quatrième force politique à la Chambre du peuple. Il s'agit de la plus forte poussée d'un parti, en pourcentage, depuis les élections fédérales de 1999: l'UDC avait fait un bond encore plus important, passant de 14,9 à 22,5% ( 7,6 points).

L'autre formation gagnante de ces élections fédérales de dimanche est celle des Vert'libéraux. Avec une progression de 3,2 points, ils grimpent à 7,8% des voix au Conseil national, enregistrant ainsi, eux aussi, le meilleur score de leur histoire. C'est la sixième force politique au National.

Establishment perdant

L'autre seul parti qui progresse, bien que très légèrement, est le Parti évangélique (PEV): de 0,2 point pour atteindre 2,1% des voix.

Sinon, tous les autres partis, dont les quatre formations gouvernementales, ont perdu une part plus ou moins importante des électeurs. Si l'UDC reste largement le premier parti de Suisse, il perd néanmoins 3,4 points pour réunir 25,6% des votants. Le PS conserve sa deuxième position au Conseil national, mais perd 2 points pour obtenir 16,8% des voix.

La troisième place revient toujours au PLR avec 15,1% (-1,3 point). Le PDC cède, lui, définitivement sa quatrième place aux Verts à la Chambre du peuple, perdant 0,2 point pour s'établir à 11,4% des votants. Enfin, le PBD est en septième position avec 2,4% des voix (-1,7 point), juste devant le PEV et ses 2,1%.

UDC mise à mal

L'UDC a subi des défaites dans plusieurs cantons. À Fribourg, le sortant Jean-François Rime a vu son siège ravi par le candidat des Verts Gerhard Andrey. À Neuchâtel, Yvan Perrin n'a pas réussi à conserver le siège du parti, à la faveur des Verts là aussi.

L'UDC perd aussi un siège dans le canton de Vaud, deux à Zurich, 1 aux Grisons et 1 en Argovie. Dans le canton de Berne, elle perd deux sièges, dont celui du Jura bernois. Les Verts décrochent deux mandats supplémentaires pour en totaliser trois à Genève. Ils prennent un siège au PDC en Valais. Dans le canton de Vaud, Adèle Thorens et Daniel Brélaz seront épaulés par deux nouveaux venus.

À Zurich, les Verts gagnent 3 mandats pour un total de 5 sièges aux dépens du PS, qui n'en garde plus que 7 (-2). Ils décrochent leur premier siège au Tessin, au détriment de la Lega, qui ne comptera plus qu'un représentant à Berne.

PVL en poupe

Les Vert'libéraux obtiennent un siège à Genève. Ils seront désormais deux dans le canton de Vaud. Le PVL a doublé sa députation à Zurich avec 6 sièges. Cette poussée s'est faite aux dépens de l'UDC et du PBD. Les deux partis écologistes ont également fait un tabac dans les cantons de Lucerne, de Saint-Gall, de Soleure, de Thurgovie et de Zoug.

La gauche de la gauche se renforce: à Genève, Ensemble à Gauche a pris un siège au PS et le POP garde le sien dans le canton de Neuchâtel. Le PEV conquiert un siège pour en totaliser 3 au total. L'UDF retrouve un siège dans le canton de Berne.

Seconds tours aux États

La donne est différente au Conseil des États. Malgré le renforcement des Verts, la Chambre des cantons restera un bastion du centre-droit. Vingt-quatre, soit un peu plus de la moitié des 46 conseillers aux États, ont déjà décroché leur place dans la Chambre des cantons.

Les Verts, qui ne détenaient qu'un seul siège, sont d'ores et déjà assurés d'en avoir deux. À la surprise générale, Céline Vara, à Neuchâtel, a pris le siège du PS. Autre surprise à Glaris avec Mathias Zopfi, qui a évincé le ténor UDC Werner Hösli.

Ces deux fauteuils pourraient être rejoints par d'autres lors du second tour, à Genève avec Lisa Mazzone et sur Vaud avec Adèle Thorens. Les deux candidates sont sorties en tête au premier tour, suivies par leurs colistiers socialistes. À Bâle-Campagne, Maya Graf pourrait aussi l'emporter au deuxième tour, le candidat du PS ayant annoncé son retrait et son soutien.

Pertes au PS

Le PS doit défendre 12 sièges au niveau national. Avec les résultats de Neuchâtel et Bâle-Campagne, il en a déjà perdu deux. L'UDC, qui a déjà perdu le siège de Werner Hösli à Glaris, pourrait laisser des plumes au terme des seconds tours. Mais en Argovie Hansjörg Knecht pourrait ravir au second tour le siège socialiste laissé vacant par Pascale Bruderer et défendu par Cédric Wermuth.

Le PDC devrait conserver sa place de premier parti avec ses 14 sièges. Deux sortants sont encore sur le balan, mais ils devraient être réélus sans difficulté: le valaisan Beat Rieder et le fribourgeois Beat Vonlanthen.

Le PLR a d'ailleurs déjà confirmé plusieurs de ses 12 sièges. En Suisse romande, Philippe Bauer a repris sans peine la place laissée vacante par Raphaël Comte. A Zurich, Ruedi Noser est en ballotage favorable. En Argovie, Thierry Burkart est lui aussi en bonne voie.

Le parti bourgeois démocratique n'est pas encore assuré de conserver son unique siège bernois, Beatrice Simon étant arrivée quatrième. (ats/nxp)

Créé: 21.10.2019, 05h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.