Lundi 22 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:19

Ébats Les bains chauds deviennent toujours plus hot

A Yverdon-les-Bains, comme dans de nombreux centres thermaux romands, les gardes-bains doivent de plus en plus souvent calmer les ardeurs sexuelles de certains clients.

?De plus en plus de couples se lâchent dans les bains thermaux.

?De plus en plus de couples se lâchent dans les bains thermaux. Image: YANNICK BAILLY/KEYSTONE

Ce que dit la loi

«Que l’acte sexuel ait lieu dans la rue ou dans un bain chaud, c’est la même chose, affirme Me Jean-Michel Dolivo, avocat. Les coupables heurtent de façon inadmissible le sens moral et s’exposent à deux articles du Code pénal: l’exhibitionnisme (article 194) et les contraventions contre l’intégrité sexuelle (article 198), qui disent que celui qui aura causé du scandale en se livrant à un acte d’ordre sexuel en présence d’une personne qui y aura été inopinément confrontée sera poursuivi.» A noter qu’un paramètre change diamétralement la donne. «Si l’acte est exposé à la vue de mineurs, il y aura d’office des poursuites, remarque Philippe Jaton, responsable de presse de la police cantonale vaudoise. En revanche, s’il n’y a que des adultes et que personne ne se plaigne, la justice n’a pas à intervenir.»

L'eau chaude vous donne-t-elle des idées?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est à croire que les gens oublient que l’eau est transparente, raconte Dominique*, qui travaille au Centre thermal d’Yverdon-les-Bains (VD). De plus en plus, les gardiens doivent intervenir auprès de baigneurs désinhibés dont les gestes déplacés peuvent choquer: léger flirt, préliminaires et jusqu’à l’acte sexuel sans retenue!»

C’est surtout le soir, quand la lumière diminue et quand la fraîcheur de l’air fait monter la vapeur, qu’il arrive que les mains se fassent plus lestes, les bouches plus audacieuses et les corps plus hardis. «Le nombre de couples concernés a augmenté ces dernières années, note Dominique. Cela va sans doute de pair avec l’évolution de la clientèle: avant, on avait surtout des curistes; aujourd’hui, on a davantage de jeunes.»

Un cadre sensuel favorable

Une tendance qui s’observe aussi dans de nombreux autres centres thermaux de Suisse romande, à l’image des Bains de Lavey (VD). «Ce phénomène arrive par vagues, remarque José Rodrigues, responsable technique. Le froid de l’hiver cumulé à l’obscurité du soir semble favoriser les rapprochements.» Silvana Tomasino, directrice, admet, quant à elle, que «même les panneaux disposés pour rappeler à l’ordre ne suffisent pas toujours». Du côté de Cressy (GE), les dérapages, bien que moins fréquents, seraient bien réels, malgré la petite taille du centre. «Parfois ce sont les autres clients qui jouent eux-mêmes les gardes-bains en lançant une petite remarque», sourit Jorge Da Roxa, directeur.

A Yverdon-les-Bains, la surveillance s’est d’ailleurs récemment renforcée. «On n’en est pas encore comme à Baden, où il est interdit de se bécoter, mais le personnel a reçu une note de service indiquant que, si les clients peuvent s’embrasser, tout comportement jugé tendancieux doit rapidement être maîtrisé, indique Dominique. Cela fait probablement suite aux nombreuses plaintes déposées auprès de la direction ces dernières années.»

Olivier Kernen, directeur du centre thermal, invoque pour sa part une autre raison: «Certaines personnes se sont servies des réseaux sociaux pour indiquer les rondes des surveillants, histoire de permettre aux amateurs d’avoir des relations sexuelles en toute tranquillité à certains endroits du bassin. Nous avons modifié les horaires et renforcé la surveillance pour déjouer tout ça.» Il rappelle toutefois qu’il est important de différencier les jeunes amoureux passionnés des véritables exhibitionnistes.

Le maillot aux chevilles

Amenés davantage à approcher les couples en pleine action, les employés, quelque peu gênés, ont alors demandé l’autorisation de diffuser une annonce par haut-parleur, pour désamorcer le problème à distance. Depuis près d’un an et sur demande, le message avertit: «Toute personne surprise en train de contrevenir aux bonnes mœurs sera dénoncée à la police», cite Dominique, en précisant que celui-ci est diffusé d’office le 14 février, jour considéré «à risque». Olivier Kernen, quant à lui, nuance: «Il n’est que rarement employé. Normalement, une discussion suffit.»

Pourtant, malgré les nouvelles mesures mises en œuvre, il semble que les habitués, comme les nouveaux clients avertis, ne se privent pas pour autant. «Il y a beaucoup de récidivistes, poursuit Dominique. Comme cette femme surprise à de nombreuses reprises appuyée contre un jet de massage, le maillot de bain aux chevilles. Elle a toujours prétendu que c’était le courant qui le descendait!»

Si beaucoup s’imaginent à l’abri des regards, il y a des signes qui ne trompent pas. «Ce qui met tout de suite la puce à l’oreille, ce sont les mouvements de va-et-vient, l’expression des visages, ou lorsqu’un couple enlacé stationne longtemps au même endroit», résume l’employé. Un comportement qui n’a rien de déviant ou d’exhibitionniste, pour Juliette Buffat, sexologue. «Je conseille souvent à mes patients de faire une cure thermale, car l’eau chaude favorise la détente et l’excitation, en accentuant la circulation du sang. Cela peut expliquer ce phénomène, sans compter la promiscuité, le cadre et pourquoi pas la vue des corps dénudés qui le peuplent.» (Le Matin)

Créé: 01.11.2013, 07h33

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.