Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 11:57

Journée de l'Holocauste Les juifs de Suisse critiquent le discours d'Ueli Maurer

Les organisations juives de Suisse critiquent le discours d'Ueli Maurer lors de la journée de l'Holocauste. Elles lui reprochent d'avoir occulté les «faiblesses et erreurs» de la politique suisse durant la Seconde guerre mondiale.

Dans son discours, Ueli Maurer a oublié de parler des «réfugiés qui ont été repoussés vers une mort certaine» et de ceux qui ont été punis pour avoir aidé les réfugiés.

Dans son discours, Ueli Maurer a oublié de parler des «réfugiés qui ont été repoussés vers une mort certaine» et de ceux qui ont été punis pour avoir aidé les réfugiés. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les organisations juives de Suisse critiquent le discours que le président de la Confédération Ueli Maurer a tenu dimanche lors de la journée de l'Holocauste. Elles lui reprochent d'avoir occulté les «faiblesses et erreurs» de la politique suisse durant la Seconde guerre mondiale.

Le président de la Confédération a certes évoqué avec raison que la Suisse était un «refuge pour un grand nombre de personnes menacées et pourchassées», écrivent lundi la Fédération suisse des communautés israélites, la Plateforme des juifs libéraux de Suisse et la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD). Mais il a oublié de parler des «réfugiés qui ont été repoussés vers une mort certaine» et de ceux qui ont été punis pour avoir aidé les réfugiés.

Les organisations déplorent qu'Ueli Maurer ait présenté les choses «de manière simpliste et uniquement positive». Il est «regrettable qu'il n'ait pas jugé utile d'approfondir la remise en question critique et indispensable de la Suisse avec son propre passé», alors que l'ancien président de la Confédération Kaspar Villiger avait présenté en 1995 ses excuses pour la politique suisse à l'égard des réfugiés.

«Cynisme»

L'historien Hans-Ulrich Jost, interrogé dimanche soir par la RTS, a qualifié de «graves» et «cyniques» les propos d'Ueli Maurer. Le conseiller fédéral «essaie d'escamoter une partie de notre histoire» relative à un sujet «très délicat», a déclaré le professeur honoraire de l'Université de Lausanne. Et de rappeler qu'entre 1933 et 1944, les juifs n'avaient pas le droit à l'asile et étaient considérés comme des réfugiés non politiques.

Des documents diplomatiques révélés dimanche soir au téléjournal de la chaîne alémanique SRF montrent que le Conseil fédéral avait connaissance en 1942 déjà des crimes nazis. Le gouvernement avait malgré tout décidé, en août 1942, que des renvois en masse de réfugiés étrangers civils devaient avoir lieu, même s'ils pouvaient mettre leur vie en danger. (ats/nxp)

Créé: 28.01.2013, 16h38


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité