Vendredi 18 août 2017 | Dernière mise à jour 04:47

Justice Les policiers peuvent piéger des pédophiles

Le Tribunal fédéral estime qu'un policier se faisant passer pour un mineur ne nécessite aucune autorisation judiciaire.

Les agents de police peuvent se faire passer pour des adolescent(e)s sur internet, a décidé le TF.

Les agents de police peuvent se faire passer pour des adolescent(e)s sur internet, a décidé le TF. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les policiers qui traquent les pédophiles sur internet en se faisant passer pour des mineurs n'ont pas besoin de l'autorisation d'un juge. Le Tribunal fédéral accepte un recours du Ministère public zurichois après l'acquittement d'un homme accusé de tentative d'actes d'ordre sexuel.

Sur un forum de discussions, cet homme avait été piégé par un agent de la police zurichoise. Le policier s'était fait passer pour une adolescente de quatorze ans, prénommée Sabrina.

Par la suite, il y avait eu échange d'adresses email, puis de photos dénudées. Les contacts avaient abouti à une rencontre à la gare de Zurich, où le pédophile avait été appréhendé.

Acquittement annulé

Renvoyé devant la justice, l'homme avait été acquitté par le Tribunal cantonal de Zurich, qui l'avait libéré de l'accusation de tentative d'actes d'ordre sexuel avec des enfants.

Selon les juges cantonaux, le policier avait conduit une investigation secrète, qui aurait eu besoin de l'accord du Tribunal des mesures de contrainte pour être valable. Faute d'avoir reçu l'aval d'un juge, les preuves n'étaient pas exploitables, de l'avis des magistrats cantonaux.

Preuves exploitables

En dernière instance, le TF contredit leur avis. Il juge que le procédé utilisé par le policier n'équivaut pas à une investigation secrète mais à une simple recherche, qui ne nécessite aucune autorisation judiciaire.

Par conséquent, toutes les preuves récoltées par le policier peuvent être utilisées par la justice lors du procès intenté au pédophile, de même que les déclarations qu'il a faites devant la justice. L'affaire est par conséquent renvoyée au Tribunal cantonal zurichois, qui devra encore examiner si d'autres motifs pourraient éventuellement s'opposer à l'exploitation des informations recueillies. (arrêt 6B_1293/2015 du 28 septembre 2016) (ats/nxp)

Créé: 19.10.2016, 12h00

Publicité


Sondage

Tarifs médicaux revus à la baisse: peut-on espérer payer moins son assurance-maladie?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters