Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 07:56

Législation Les vapoteurs sont en colère

L’interdiction de la vente de liquides nicotinés en Suisse n’aurait aucune base légale, selon les utilisateurs d’e-cigarette. Une manifestation est prévue aujourd’hui à Berne.

Président de l’association Helvetic Vape, Olivier Théraulaz a organisé un rassemblement aujourd’hui à Berne.

Président de l’association Helvetic Vape, Olivier Théraulaz a organisé un rassemblement aujourd’hui à Berne. Image: Christian BONZON

100 000

Le nombre de vapoteurs en Suisse selon Helvetic Vape. Ces données sont tirées d’une enquête téléphonique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La lettre d’information n° 146 de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) qui interdit la vente de liquides contenant de la nicotine? Du vent! C’est du moins ce qu’affirme Helvetic Vape, l’association suisse des utilisateurs de cigarettes électroniques. Le président Olivier Théraulaz et ses membres ont fait appel à Me Roulet pour établir un avis de droit qui démonte cette interdiction. Selon l’avocat genevois, l’OFSP outrepasse ses compétences car elle crée des règles de droit primaire. De plus, l’alinéa 3 de l’article 37 de l’ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels pose une règle de droit, ce qui fait affirmer à Me Roulet que cet alinéa est non constitutionnel.

Pour toutes ces raisons, Helvetic Vape appelle les vapoteurs à venir manifester aujourd’hui sur la Kornhausplatz de Berne. «Ce sera une assez grosse mobilisation, nous espérons regrouper une centaine de personnes», explique Olivier Théraulaz. Le but de ce rassemblement: inviter l’Administration fédérale à reconsidérer cette interdiction.

Mais pourquoi déployer tant d’énergie pour de la nicotine? «La cigarette électronique sans nicotine n’a aucun intérêt», dit le Genevois. Car c’est cette substance qui rend une personne accro et permettrait donc de faire la transition entre la cigarette normale et l’e-cigarette. Or, martèle-t-il, mise à part cette dépendance, la nicotine n’est pas dangereuse pour la santé.

Jean-François Etter, maître d’enseignement et de recherche à la Faculté de médecine de l’Université de Genève, partage cet avis, sauf en ce qui concerne les femmes enceintes et les adolescents. Comme d’autres experts, le professeur estime que la vente des liquides nicotinés doit être autorisée. Il a par ailleurs établi que la vapoteuse est un modèle aussi addictif que le chewing-gum à la nicotine, «donc pas très addictif». «Tout produit interdit échappe à des contrôles de qualité, estime Jean-François Etter. Le danger, c’est l’amateurisme, des personnes qui fabriquent elles-mêmes leur mélange sans connaissance pharmaceutique.» D’ailleurs, ses tests ont permis d’établir que le plus problématique dans les liquides ne serait pas la nicotine, mais les arômes!

S’il est pour la libéralisation du marché du liquide avec nicotine, l’expert ne croit cependant pas tellement aux chances de succès du mouvement Helvetic Vape. En cause: son timing. «La nouvelle loi sur le tabac sera certainement présentée au Parlement cet automne, explique M. Etter. Il n’est pas réaliste de penser pouvoir faire pression sur le Parlement à quelques mois de l’examen de cette nouvelle loi.» Olivier Théraulaz est quant à lui plus optimiste. Il espère faire tomber immédiatement une interdiction qui n’a aucun sens à ses yeux.

Créé: 30.05.2015, 10h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.