Lundi 24 septembre 2018 | Dernière mise à jour 07:22

Inédit Payé pour ne rien faire

Privé de ses charges pour cause de harcèlement, le conseiller communal chaux-de-fonnier Jean-Charles Legrix continue de percevoir son salaire mensuel de 15 000 francs.

L’UDC Jean-Charles Legrix a fermement refusé hier soir de démissionner.

L’UDC Jean-Charles Legrix a fermement refusé hier soir de démissionner. Image: Sandro Campardo

En arrêt maladie

La première décision prise par Jean-Charles Legrix a été de prendre du recul. «Pour certains, je suis le diable», constate l’élu chaux-de-fonnier. Ses voisins n’en disent pas du mal: «On papote, c’est sympa», dit l’un d’eux. Sa mise à l’écart lui a valu une hospitalisation. «Ma chère épouse a dû appeler l’ambulance tellement j’allais mal», dit-il. Parti à Bourg-en-Bresse (F) sur conseil de son médecin pour, dit-il, échapper à une «ambiance malsaine», Jean-Charles Legrix a choisi de préserver sa santé avant de riposter hier soir. Il est au bénéfice d’un arrêt maladie et a le soutien de son parti, même si le premier des viennent-ensuite, Florian Robert-Nicoud, s’est déjà déclaré prêt à remplacer son aîné.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Privé de son dicastère par ses collègues, le conseiller communal chaux-de-fonnier Jean-Charles Legrix va-t-il démissionner? La décision n’appartient qu’à lui et hier soir, au retour d’un séjour à Bourg-en-Bresse (F), il a fermement écarté cette hypothèse sur le plateau du «19:30» de la RTS: «Non, je ne démissionnerai pas. Mes collègues ont souhaité me lyncher, mais je suis élu par le peuple.»

Ecarté depuis qu’un audit l’accuse de harcèlement moral envers les employés de la voirie, l’élu UDC peut, s’il le veut, percevoir son salaire mensuel de 15 000 francs sans travailler. «En théorie, cet élu peut toucher son salaire annuel de 195 000 francs jusqu’à la fin de la législature», indique le nouveau président de la métropole horlogère, Pierre-André Monnard. Comme les prochaines élections se dérouleront au printemps 2016, un demi-million de francs est en jeu.

Il porte plainte Ses quatre collègues ont privé Jean-Charles Legrix de tout lien hiérarchique avec ses employés. C’était là l’essentiel, pour préserver le personnel. «Sur les 47 employés entendus, 30 se sont dits apeurés et 10 terrorisés», résume Pierre-André Monnard. Du jamais-vu dans la première ville du canton, avec ses 39 000 habitants. Mais Jean-Charles Legrix contre-attaque. Pour lui, les témoignages qui évoquent de l’humiliation publique ne sont que «pure calomnie». Il a d’ailleurs annoncé son intention de porter plainte pour diffamation. Les quatre membres du Conseil communal se retrouvent maintenant avec le Département des infrastructures et des énergies sur les bras. Ils se répartiront entre eux la charge de travail ce mercredi lors de leur séance hebdomadaire. Il en ira ainsi jusqu’à une éventuelle démission de Jean-Charles Legrix.

L’élu UDC sera donc privé de travail. En revanche, il est impossible de lui retirer son titre. Jean-Charles Legrix est et restera conseiller communal. «C’est un élu du peuple. Il faut respecter les règles démocratiques», insiste Pierre-André Monnard. Même constat du côté du conseiller d’Etat Alain Ribaux: «Il n’existe aucune mesure de destitution.» Les députés peuvent essayer de combler cette lacune en réformant les institutions, mais la panacée n’existe pas: «Seul le peuple peut défaire ce qu’il a fait», rappelle Alain Ribaux.

Jean-Charles Legrix n’est plus habilité à représenter la Ville à l’extérieur. Par contre, l’élu UDC n’est pas exclu des séances de l’exécutif et du législatif. Il peut, jusqu’à nouvel avis, prendre part aux discussions et aux décisions. Et c’est ce qu’il entend faire. (Le Matin)

Créé: 19.08.2013, 06h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.