Vendredi 20 juillet 2018 | Dernière mise à jour 07:51

Violences sexuelles Pétition lancée pour mieux protéger les requérantes

Un texte demande à la Suisse d'examiner de manière approfondie les demandes d'asile des femmes ayant subi des violences sexuelles.

Le collectif «Appel d'elles» est à l'origine de ce texte.

Le collectif «Appel d'elles» est à l'origine de ce texte. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les femmes demandant l'asile en Suisse qui ont été victimes de violences sexuelles dans leur pays d'origine ou durant l'exil devraient être mieux protégées. Le collectif «Appel d'elles» a déposé jeudi lors de la journée des droits des femmes une pétition en ce sens.

Muni de plus 8000 signatures, le texte a été remis à la Chancellerie fédérale par 50 associations. Les paraphes proviennent de personnalités de milieux les plus divers, indique le collectif «Appel d'elles» dans un communiqué. Après le dépôt des signatures, un choeur de militantes a entonné une chanson à l'attention de la ministre de la justice Simonetta Sommaruga. Le collectif souhaite être reçu par la conseillère fédérale afin de débattre de la question.

Pas assez protégées

La démarche a été lancée par les organisations Collectif R, Droit de Rester, Viol Secours et la Marche mondiale des femmes. Elles estiment que les femmes requérant l'asile en Suisse ne sont pas assez protégées suite à des agressions sexuelles et des viols subis dans leur pays d'origine ou au cours de leur exil.

Des témoignages de plusieurs femmes concernées montrent qu'une non-entrée en matière, en plus des violences sexuelles déjà subies, constitue «un traitement indigne de la Suisse». En expulsant ces femmes du territoire helvétique au nom des accords de Dublin ou pour d'autres raisons, l'administration fédérale met en jeu leur vie ainsi que celle de leurs enfants, argue le collectif.

Une expulsion faite dans de telles conditions est contraire à l'article 3, qui interdit les mauvais traitements, de la Convention européenne des droits de l'homme. Or la Suisse l'a signée. Ces femmes devraient donc bénéficier d'une meilleure protection et leur demande d'asile devrait être examinée de manière approfondie, «quelle que soit la route qui les a menées en Suisse». (ats/nxp)

Créé: 08.03.2018, 11h32


Sondage

La nuit, dormez-vous avec votre smartphone allumé dans la même pièce?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters