Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:39

Self-scanning Pincé à la Migros, deux semaines après ses achats

Un jeune Lucernois a dû régler la viande qu'il avait oublié de scanner. Il a été pincé lors d'un contrôle grâce à des caméras de surveillance et sa Cumulus.

Ce système de self-scanning est très contrôlé par la Migros.

Ce système de self-scanning est très contrôlé par la Migros. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous croyez faire vos courses à la Migros en toute discrétion? Ce n'est pas vraiment le cas, surtout si vous réglez vos achats par self-scanning Subito et avec la carte Cumulus. Un jeune Lucernois l'a appris à ses dépens dans un magasin de Suisse centrale, rapporte le portail d'information Zentralplus vendredi.

Après le paiement de ses courses via self-scanning, il tombe sur un contrôle inopiné. Un employé contrôle qu'il a bien scanné chacun de ses articles. Classique. Mais les choses se gâtent peu après. Le client est en effet prié de se rendre au service clients où on lui explique alors qu'il n'a pas payé 50 francs de viande fraîche lors d'achats deux semaines plus tôt. Le jeune homme tombe des nues et affirme ne pas se souvenir d'avoir omis de scanner sa viande.

Caméras de surveillance

L'employé lui explique alors qu'il a deux possibilités: soit il règle tout de suite son dû, soit le magasin lui prouve qu'il n'a pas payé sa viande. Le client paie alors l'article oublié. Mais demande à savoir comment la Migros peut lui prouver qu'il n'a pas réglé ses achats correctement. L'employé lui montre alors des écrans sur lesquels on voit le rayon viande du magasin. Et lui explique que toutes les marchandises pesées, comme la viande, le poisson ou les fruits, sont ensuite comparées, grâce à leur code-barres, avec le résultat du self-scanning. Les marchandises impayées se remarquent alors très vite.

En outre, le client a pu être identifé grâce à sa carte Cumulus. Car seuls ceux qui en ont une peuvent utiliser le système de self-scanning de Migros.

Le jeune Lucernois s'est dit étonné des efforts fournis pour un cas comme le sien. Mais apparemment, il n'est pas seul. Selon ce qu'il a pu apercevoir auprès de l'employé Migros, il existe toute une liste de produits non payés par les clients.

Durée controversée des caméras de surveillance

Le jeune homme pincé s'étonne également que des vidéos vieilles de deux semaines aient pu être utilisées contre lui. Pour Cécile Thomi, responsable à la Fondation alémanique pour la protection des consommateurs, «c'est beaucoup trop long». Normalement, elles ne devraient être stockées au maximum que 24 heures, selon elle.

Migros rétorque que ses règles de sécurité sont conformes aux exigences légales et se défend: «nous supprimons automatiquement les données dans un délai d'une semaine. Cependant, si des irrégularités sont détectées, les enregistrements sont sécurisés afin qu'ils ne soient pas perdus», indique ainsi Rahel Kissel, porte-parole de Migros Lucerne. L'entreprise souligne que dans très peu de cas, les anomalies sont traitées comme du vol. «La plupart du temps, il s'agit d'un oubli de la part de nos clients, et nous traitons ces cas avec une grande tolérance?», affirme-t-elle.

Une ère de surveillance

Du côté de Coop, interrogé cette fois par le Blick, on utilise aussi un système de self-scanning qui s'appelle «Passabene». Et tout comme pour Migros,on se refuse à tout commentaire sur les mesures de sécurité employées, se contentant de dire qu'elles étaient là aussi conformes aux exigences légales.

«Nous vivons dans une ère de surveillance», prévient Alex von Hettlingen, porte-parole de la Fondation alémanique pour la protection des consommateurs. Du coup, il recommande de laisser derrière soi le moins de données possible. Il a lui-même renoncé au self-scanning et aux cartes de fidélité de Migros et de Coop.

Créé: 11.05.2018, 11h40

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.