Mardi 17 octobre 2017 | Dernière mise à jour 05:07

Danger Porte ouverte aux intégristes!

Spécialiste des dérives sectaires depuis plus de vingt ans, la Genevoise Danièle Muller tire la sonnette d’alarme après la tenue d’un stand raélien, samedi dernier à Genève.

Danièle Muller dit ses craintes quant aux autorisations délivrées à des mouvements sectaires pour des stands sur le domaine public.

Danièle Muller dit ses craintes quant aux autorisations délivrées à des mouvements sectaires pour des stands sur le domaine public. Image: Maxime Schmid

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Nous vivons une période dangereuse. Et ce qui me fait souci, c’est que les autorités, en tout cas à Genève, n’ont pas une position claire», estime Danièle Muller, présidente de la Fédération européenne des centres de recherche et d’information sur le sectarisme. La Genevoise, qui est également présidente de l’Association suisse pour la défense de la famille et de l’individu, a eu un choc en apprenant que la Ville de Genève avait autorisé, samedi dernier, un stand raélien en plein centre de la cité. Un stand sous surveillance selon nos informations… Ce n’est pas le projet de construction d’une ambassade pour accueillir les extraterrestres qui inquiète le plus Danièle Muller. D’ailleurs, elle ne souhaite pas faire de gradation du danger en ce qui concerne les dérives sectaires. Non, ce qui la tourmente, c’est l’évolution de la situation à Genève avec la possibilité, pour différents mouvements, de se retrouver à faire du prosélytisme sur la voie publique. «C’est la porte ouverte aux mouvements intégristes de tout poil, musulmans, chrétiens ou autres», assure-t-elle. Liberté individuelle

La Ville de Genève avait pourtant «serré la vis» fin 2014 après qu’un drapeau noir djihadiste a flotté sur un stand, en plein centre-ville et après la distribution de Corans (ndlr: par un Tunisien lié à la mouvance islamiste extrémiste, depuis lors expulsé de Suisse, considéré comme dangereux pour la Sûreté intérieure), à Plainpalais et sur la place du Molard. Le magistrat PDC Guillaume Barazzone confirme au «Matin» «avoir voulu éviter tout prosélytisme». Son chef du Service de la sécurité et de l’espace publics, Antonio Pizzoferrato, explique quant à lui avoir souhaité restreindre le trop grand nombre de stands sur la voie publique en général: «En ce qui concerne les stands religieux, nous avions fixé deux exceptions: si une manifestation avait un lien avec le calendrier liturgique et si l’information véhiculée sur un stand portait sur des activités annexes.»

Seulement voilà. Des mouvements comme les Evangéliques et d’autres ont recouru contre la décision de la Municipalité. Et, comme le relevait récemment la Tribune de Genève, ils ont gagné devant la justice, le tribunal administratif ayant estimé que la mesure violait la liberté individuelle. «Nous avons dû revenir en arrière», confirme Antonio Pizzoferrato. Pour la justice, la Ville ne saurait interdire systématiquement les stands religieux, sauf intérêt public supérieur.

Danièle Muller s’interroge: «On est en train de tout permettre, on prend les choses trop à la légère mais nous ne sommes pas au pays des Bisounours! Vous savez, entre l’Ordre du temple solaire (OTS) et les intégristes musulmans, il n’y a pas beaucoup de différence: les deux conduisent à la mort. L’OTS devait emmener les adeptes massacrés sur Sirius et les seconds montent au paradis en se faisant exploser et en tuant des innocents…»

En attendant la loi

Comme le rappelle Danièle Muller, le parallèle ne s’arrête pas à la mort. Cette spécialiste des dérives sectaires depuis plus de vingt ans met en lumière l’endoctrinement des individus, le fonctionnement même du groupe avec une vérité unique, un leader tout-puissant et une dépendance totale de ceux qui suivent. Sans oublier les liens qu’il s’agit de rompre avec ceux qui ne pensent pas la même chose: les «mécréants».

Reste à espérer que la loi sur la laïcité de l’Etat, actuellement en consultation en commission des droits de l’homme du Grand Conseil genevois, fixe un cadre clair en ce qui concerne les manifestations sur le domaine public. (Le Matin)

Créé: 06.04.2016, 14h48


Sondage

Avez-vous assisté à des cas de harcèlement sexuel au boulot?



Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.