Mercredi 18 septembre 2019 | Dernière mise à jour 19:20

Suisse Pour les femmes suisses, la grève c'est déjà demain!

Les femmes lancent ce 14 janvier leur manifeste pour la grève du 14 juin. Le ton est foncièrement féministe contre la société patriarcale helvétique.

Le logo de la grève des femmes 2019 a été réalisé par une militante graphiste vaudoise, Charlotte Passera. L'ongle rouge rappelle le fushia de la grève de 1991. La croix du symbole féminin, celle de la Suisse.

Le logo de la grève des femmes 2019 a été réalisé par une militante graphiste vaudoise, Charlotte Passera. L'ongle rouge rappelle le fushia de la grève de 1991. La croix du symbole féminin, celle de la Suisse. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

14 janvier, 14 juin... Dans cinq mois exactement, les femmes feront la grève. Partout en Suisse, de nombreux collectifs se mobilisent pour faire monter la pression jusqu'à ce jour qui doit faire date dans l'histoire des femmes. La mobilisation historique de référence est celle du 14 juin 1991. Ce jour-là, quelques 500 000 femmes avaient croisé les bras sur leurs lieux de travail ou à la maison pour dénoncer les discriminations qui leurs étaient faites.

28 ans plus tard, la situation reste toujours insatisfaisante pour un grand nombre de femmes en Suisse. L'an dernier, le débat conflictuel des Chambres fédérales pour modifier la loi sur l'égalité et engager les entreprises à respecter la parité salariale a été l'occasion de rallumer la flamme. Le 22 septembre, quelque 20 000 personnes avaient défilé à Berne pour rappeler que l'égalité des sexes n'était pas encore une cause réglée.

De la reconnaissance, pas de la violence

En 2019, le traditionnel fushia sera remplacé par le violet. Le logo de la manifestation a été conçu par la Vaudoise Charlotte Passera, avec l'ongle rouge qui rappelle subtilement la couleur de la première grève. Ce 14 janvier le collectif a publié son manifeste en onze langues. Il décline en 19 points les revendications féministes, entre autres contre les inégalités de revenus, pour la reconnaissance du travail domestique, du travail éducatif, pour la liberté de choix en matière de sexualité et d’identité de genre ou contre la violence sexiste. La grève entend s'attaquer au fond du problème: «Les institutions ont été conçues sur un modèle patriarcal et de classe dans lequel nous n’apparaissons qu’en incise», déplore le manifeste.

Le 14 de chaque mois

«Notre but est de mobiliser les femmes avant le 14 juin et pas seulement le jour même, précise Michela Bovolenta, coordinatrice romande de la grève. Pour cela, il existe des collectifs féministes dans tous les cantons et nous appelons les femmes, mais aussi les hommes à nous rejoindre.» A Genève et dans différents endroits, le 14 de chaque mois fera l'objet de communications ou d'événements symboliques. Le prochain étant le 14 février, jour de la Saint-Valentin, il faudra peut-être s'attendre à une mini grève des cœurs...

Créé: 14.01.2019, 14h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.