Vendredi 19 avril 2019 | Dernière mise à jour 12:08

Berne Rebecca Ruiz quitte le Palais fédéral: «On va la regretter»

La nouvelle conseillère d'Etat siégera vendredi pour la dernière fois à Berne. En une semaine, les socialistes sont passés du doute à l'euphorie.

Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE), Ursula Schneider-Shüttel (PS/FR), Mathias Aebischer (PS/BE), Roger Nordmann (PS/VD), Samuel Bendahan (PS/VD) et Valérie Piller Carrard (PS/FR) entourent leur camarade qui les quittera vendredi.

Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE), Ursula Schneider-Shüttel (PS/FR), Mathias Aebischer (PS/BE), Roger Nordmann (PS/VD), Samuel Bendahan (PS/VD) et Valérie Piller Carrard (PS/FR) entourent leur camarade qui les quittera vendredi. Image: Le Matin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Finalement tout est allé très vite. Il y a une semaine encore, la gauche vaudoise, et en particulier sa candidate Rebecca Ruiz, était dans le doute. Après de nouvelles attaques contre leur conseillère nationale, l'inquiétude était sensible. Ce n'est pas dévoiler un secret, mais la candidate elle-même ne pensait pas arriver en tête dimanche, tant la campagne avait été focalisée contre elle-même, à sa gauche et à droite.

Le vent à tourné

Le résultat de dimanche et le retrait du candidat de l'UDC mardi ont effacé coup sur coup tous les mauvais souvenirs. Le vent a tourné de manière spectaculaire et la réalité a pris de court tous les pronostics. Du coup, l'entrée en fonction de Rebecca Ruiz étant prévue en mai, elle doit quitter Berne plus tôt que prévu, pour laisser la place à son successeur pressenti, Nicolas Rochat Fernandez. Vendredi sera son dernier jour comme conseillère nationale.

«On va la regretter»

A l'heure de préparer les adieux, les collègues de Rebecca Ruiz n'ont pas manqué de la féliciter, même si ce n'est pas sans un pincement au cœur qu'ils se séparent d'une camarade appréciée: «On est très heureux pour elle, note Valérie Piller Carrard (PS/FR), même si on va la regretter, c'est certain». Mais sans doute que le succès de dimanche est plus important pour la gauche car, à Berne tout autant qu'ailleurs si ce n'est davantage, nul n'est irremplaçable.

Toujours minoritaire...

Quant à Rebecca Ruiz, elle gardera le souvenir de quelques succès, notamment contre les violences faites aux enfants, pour la loi sur la qualité des soins ou sur les dispositifs médicaux. Certes, cette législature a été marquée par la domination de la droite bourgeoise emmenée par l'alliance UDC-PLR: «C'est dans cette condition de minoritaire, constate-t-elle, qu'il faut trouver des alliances et des manières alternatives de travailler pour faire passer des idées».

Dorénavant, au Parlement vaudois, elle se retrouvera de l'autre côté de la barrière à défendre ses projets, face aussi à une à majorité de droite, mais avec un Gouvernement de gauche. (Le Matin)

Créé: 21.03.2019, 06h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters