Mercredi 27 mai 2020 | Dernière mise à jour 11:55

Télécommunications Swisscom veut plus de soutien de Berne pour la 5G

Les moratoires sur les antennes 5G dans certains cantons sont dûs au manque de clarté de la Confédération, critique jeudi le patron de Swisscom, Urs Schaeppi.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La direction de Swisscom se montre critique face à l'attitude du Conseil fédéral dans le dossier de la technologie mobile 5G. Les moratoires sur les antennes 5G dans certains cantons sont le résultat du manque de directives claires de la part de la «Berne fédérale», a estimé jeudi le directeur général du géant bleu, Urs Schaeppi.

Urs Schaeppi attend désormais du Conseil fédéral «des règles d'application claires sur la façon dont nous sommes autorisés à construire des antennes 5G», a-t-il dit lors de la présentation des résultats du 1er trimestre de Swisscom. La remarque vaut tout particulièrement sur la méthode de mesure du rayonnement des antennes 5G.

«Ces spécifications prennent apparemment du temps, je ne sais pas pourquoi», s'est interrogé Urs Schaeppi. Le directeur général de l'opérateur détenu majoritairement par la Confédération ne s'attend pas à une solution avant la fin de l'année.

Expansion de la 4G plus difficile

Urs Schaeppi a aussi fait part de sa préoccupation du fait que les moratoires actuels rendent également plus difficile l'expansion du réseau 4G. «Si cela ne change pas bientôt, nous aurons tôt ou tard des problèmes de capacité dans les réseaux», a-t-il poursuivi. Or la situation actuelle, avec nombre de personnes travaillant depuis leur domicile ainsi que l'école à distance, démontre l'importance de disposer de réserves sur les réseaux de télécommunication.

Urs Schaeppi, a rappelé que de nombreuses «fausses nouvelles» concernant la 5G circulent. Dans les faits, le rayonnement entraîné par la 5G est plus faible que celui de la technologie conventionnelle. De plus, les dernières études n'apportent aucune preuve d'effets dommageables pour la santé si les limites internationales sont respectées. «Et on sait que les limites suisses sont dix fois plus strictes que les limites internationales», a déclaré Urs Schaeppi. (ats/nxp)

Créé: 30.04.2020, 12h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.