Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:35

Suisse Un «cabinet fantôme» donnerait le ton à Berne

Un réseau composé de plusieurs politiciens suisses, dont Christian Levrat ou encore Karin Keller-Sutter, influencerait la politique menée dans le pays.

Christian Levrat

Christian Levrat Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un petit groupe de conseillers aux Etats donne le ton dans la politique fédérale suisse, affirme la NZZ am Sonntag. Selon le journal zurichois, le président du parti socialiste suisse Christian Levrat (FR), le syndicaliste saint-gallois Paul Rechsteiner, la présidente du Conseil des Etats Karin Keller-Sutter (PLR/SG), le PLR zurichois Ruedi Noser et les PDC lucernois Konrad Graber et soleurois Pirmin Bischof font partie d'un «cabinet fantôme», qui s'est formé ces dernières années.

Le dernier coup en date du groupe est l'accord sur la réforme de la fiscalité des entreprises, combinant un projet fiscal à une stabilisation de l'AVS et présenté cette semaine.

Les représentants de l'UDC ne font pas partie du réseau. C'est l'une des raisons pour lesquelles le plus grand parti de Suisse peine à trouver une majorité dans de nombreux dossiers, écrit la NZZ am Sonntag.

Créé: 20.05.2018, 11h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.