Mercredi 22 janvier 2020 | Dernière mise à jour 09:11

Espagne Un duo suisse en finale d'«Un incroyable talent»

Trois ans après avoir atteint la demi-finale de la version française de l'émission sur M6, le magicien Blake Eduardo est en finale avec son acolyte sur Telecinco.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le magicien biennois a plus d'un tour dans sa manche. Mais en pratiquant la cartomagie, Blake Eduardo ne s'attendait «vraiment pas» à atteindre la finale de la version espagnole d'«Un incroyable talent», diffusée lundi sur Telecinco.

En tournée avec son spectacle «Abracadablake», Blake Eduardo était au taquet vendredi. Avant une répétition avec son assistant Boris, alias Stève Geiser, ce professionnel avouait un certain stress: «On est en mode «what the fuck?»...», glissait-il pour dire «c’est quoi ce bordel?».

Problèmes d'écriture

Une petite semaine pour inventer un numéro, qui plus est en espagnol, c'est court. «On s'expose à des problèmes d'écriture», disait vendredi le magicien, chilien par sa mère. Il n'avait guère d'autres choix que de piocher dans son répertoire.

À 15 heures ce dimanche, le duo suisse pouvait entrer en scène pour pour une répétition: «Le réalisateur est OK avec notre proposition: sans une bonne caméra, notre numéro passerait mal en télévision», précise Blake Eduardo, contacté par téléphone dimanche après-midi.

«On ne fera pas vibrer la corde du rire, c'est déjà fait en demi-finale. Nous jouerons la carte de l'émotion», prévient l'illusionniste qui flirte avec le mentalisme. Parmi les six finalistes figure également un gamin de trois ans qui joue du tambour, preuve que «dans un télécrochet, tout le monde a sa chance»,

Humour loufoque

L'humour loufoque et décalé du duo a fait se lever le public de l’émission «Spain got talent» et rallié le vote des téléspectateurs. Avec 16,3% des voix, ils ont été classés au 2e rang.

Animateur à la radio GRRIF, où il a conçu un bulletin d'actualités décalé, Stève Geiser a épuisé son quota de jours de congé pour aller faire son numéro à Madrid. Lui qui ne parle pas espagnol apprend quelques répliques par coeur.

Besoin d'entendre

«Pas besoin de voir pour y croire, mais d’entendre pour comprendre», aime préciser le l'illusionniste qui manie les mots comme les cartes. L'Espagne lui va bien, puisqu'il y a déjà décroché un 3e rang à Grenade lors d'un championnat de magie.

Le défi relevé avec 52 cartes, c’est de donner l’impression de lire dans les pensées des quatre membres du jury. Blake Eduardo ne découpe pas Boris, taillé comme une armoire à glace, pas plus qu'il ne le fait disparaître. Sa magie est interactive, pas démonstrative: il est à la Suisse ce qu’Eric Antoine est à la France.

Vincent Donzé

Créé: 15.12.2019, 13h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.