Lundi 17 décembre 2018 | Dernière mise à jour 15:40

Zurich Un prof de taekwondo condamné pour avoir abusé de ses élèves

Un instructeur d'art martial a écopé mardi de 30 mois de prison ferme pour actes d'ordre sexuel avec des enfants. Une fois la peine purgée, il devra quitter la Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le double champion du monde de taekwondo, M.*, gérait une école d'arts martiaux à Thalwil (ZH) jusqu'à ce qu'il se fasse arrêter par la police, en juin de l'an dernier. Le Coréen était soupçonné d'avoir commis des abus sexuels sur des enfants, plus précisément ses élèves.

Le quadragénaire, ancien entraîneur national de la Suisse, a comparu mardi devant la justice zurichoise, écrit «Blick». Et les accusations dressées contre lui font froid dans le dos. Selon la procureure, il a fait venir une de ses élèves, une fille âgée de 8 ans, plus tôt à l'entraînement pour abuser d'elle. «Sous prétexte de vouloir jouer avec elle, il lui a bandé les yeux et lui a demandé d'ouvrir la bouche pour voir combien de doigts il pouvait y mettre», a-t-elle affirmé devant les juges du Tribunal de district de Horgen (ZH). Et d'ajouter: «Mais au lieu d'y mettre ses doigts, il a glissé son sexe dans la bouche de son élève.» La scène se serait répétée à plusieurs reprises.

«Non, non, non!»

Selon l'acte d'accusation, le Sud-Coréen aurait déjà abusé de la même fille deux ans auparavant, alors qu'elle avait 6 ans. Il lui aurait alors également bandé les yeux et demandé de s'entraîner aux coups de pied. En faisant cela, elle aurait dû lui tenir sa main. Or au lieu de tendre sa main c'est son pénis qu'il lui aurait tendu.

L'accusé aurait également tenté d'abuser d'une autre élève, âgée de 9 ans. Mais comme elle était parvenue à regarder sous la ceinture de taekwondo, avec laquelle il lui avait bandé les yeux, elle s'était aperçue de ce qu'il comptait faire avec elle.

Interrogé par la Cour, le Sud-Coréen, qui était déjà mêlé à des histoires d'abus sexuels il y a quelques années, n'a cessé de clamer son innocence: «Non, non, non! Je n'ai jamais été seul avec la fille. Je ne sais pas pourquoi elle m'accuse.» Il a aussi assuré qu'au moment des faits, soit en mars 2016, il était en arrêt maladie à cause d'un accident et que c'est son fils qui donnait les cours de sport à sa place durant cette période. Or aucun certificat médical n'a été présenté aux juges. Son fils n'a pas non plus témoigné.

Victimes dédommagées

Pour finir, M. a été condamné à 30 mois de prison ferme pour actes d'ordre sexuel avec des enfants. Une fois la peine purgée, il devra quitter la Suisse et ne pourra plus revenir pendant 7 ans. Les deux victimes recevront un dédommagement de sa part: la première une somme de 10'000 francs et la deuxième une somme de 2000 francs. Pour finir, il n'a pas le droit de travailler en tant qu'entraîneur pendant 10 ans. On ignore s'il fera recours.

*Nom d'emprunt

(Le Matin)

Créé: 23.05.2018, 12h50

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.